BFM Business

Le volailler Doux cherche un repreneur

BFM Business

Placé en redressement depuis trois semaines, le groupe Doux est finalement mis en vente. Les dettes du volailler sont trop importantes. Il faut maintenant trouver un repreneur, pour ne pas laisser 3.500 salariés sur le carreau.

L’administrateur judiciaire a bien tenté de redresser le groupe Doux. Sa mission devait durer six mois mais finalement elle n’aura pas duré plus de trois semaines. Selon lui, les dettes sont trop importantes, la trésorerie ne peut pas tenir longtemps dans ces conditions. La seule solution est de mettre en vente le volailler et de trouver un repreneur. Une mauvaise nouvelle pour les salariés, surpris d’apprendre par la presse ce que l’avenir leur réserve.

Inquiétude

Le groupe Doux c’est 3.400 salariés en France, mais aussi plus de 800 éleveurs à travers toute la Bretagne. Les syndicats espèrent trouver un acheteur pour reprendre le groupe dans sa globalité. Mais ils ne cachent pas leur inquiétude. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a appelé à la mobilisation des partenaires bancaires. Il manque 40 millions d’euros à l’ancien leader européen de la volaille s’il veut poursuivre son activité.