BFM Business

Le travail à domicile rendrait plus productif

-

- - -

Plus de calme, moins de stress et de transports : le télétravail augmenterait la productivité de l'entreprise et la motivation des salariés, selon une étude publiée le 5 mai.

Le télétravail, l’avenir du travail salarié ? Une étude du cabinet de conseil Greenworking, spécialisé dans les nouvelles organisations de travail, montre que le télétravail serait bon pour la productivité de l’entreprise et la motivation des salariés. Selon cette étude, les salariés sont plus détendus et gagnent en moyenne 22% de productivité s'ils travaillent chez eux au moins huit heures par semaine. Plus de calme, de concentration, moins de transports et de stress, le travail à domicile permet aussi de gagner en qualité de vie. En moyenne, un télétravailleur gagne 37 minutes par jour au profit de sa vie de famille. Seul problème : le télétravail mélange vie professionnelle et vie privée. Aujourd'hui, plus de 12% des salariés le pratiquent, contre 7% en 2004. Travailler chez soi un jour où deux par semaine est permis par la loi si un accord est signé entre les salariés et la direction. Seulement 50 entreprises en France ont signé ce genre d'accord car cela coûte encore cher. Le coût moyen du dispositif est de 1370 euros par salarié pour l'équiper à domicile.

« Salariés, employeurs : 96% sont très satisfaits »

Cécilia Durieu est directrice associée du cabinet de conseil Greenworking. Elle explique l'intérêt pour un salarié de passer de l'open space au travail à distance : « Les salariés étaient dérangés en moyenne 140 jours en open space. L’avantage du télétravail, c’est qu’il est pratiqué environ un ou deux jours par semaine. Donc les tâches qui nécessitent de la concentration, on peut les garder pour les journées de télétravail où on sera au calme. Et les tâches qui nécessitent de voir ses collègues et son manager, par exemple en réunion, on les concentre sur les journées où on est dans les locaux. Finalement, on a le meilleur des deux. Lorsqu’on interroge à la fois les salariés, les employeurs et les managers, 96% sont très satisfaits du télétravail. »

« Etre à distance ne signifie pas qu’on ne travaille pas ! »

Marc Thiollier est le directeur général d'Accenture France, une entreprise internationale de conseil en management. Il vit à Lyon, travaille à Paris et fait lui-même deux jours de télétravail par semaine. Il met en garde contre les idées reçues: « Quand on est à distance, ce n’est pas pour autant qu’on ne travaille pas. La suspicion selon laquelle "on n’est pas là donc on ne travaille pas" ou au contraire "on reste tard donc on travaille plus et on se fait bien voir", elle n’est pas bonne. Le télétravail permet de se concentrer sur la réalité des choses, c’est-à-dire le travail fourni et pas simplement sur le fait que le salarié est sur sa chaise, à son poste. » Il ajoute : « Ce qu’on a constaté c’est que le télétravail a tendance à améliorer l’esprit d’équipe à l’intérieur de l’entreprise ».

« Ça permet des économies de transport »

Yann est responsable de projet auprès du Conseil général des Alpes-Maritimes. Il y participe depuis un an à une expérimentation de télétravail : « J’ai installé un bureau avec tout l’équipement informatique. Le télétravailleur doit fournir le matériel et la connexion internet, et en contrepartie ça permet des économies de transport – plus ou moins de 100 euros par mois. Dès que je me mets au bureau, je me mets en condition de travail. Mon enfant étant à la crèche, je suis vraiment à 100% pour le travail, même si je suis à mon domicile. Même si je ne dois pas assister à des réunions, je suis présentable, je ne suis pas en pyjama, je ne fais pas la sieste. Ce sont des anciens clichés : les gens se rendent compte aujourd’hui qu’on peut travailler de la même façon en télétravail ou au bureau. »