BFM Business

Le salarié de Monoprix qui faisait les poubelles garde son job

Un salarié de Monoprix menacé de licenciement pour avoir récupéré des aliments dans une poubelle d'un magasin de Marseille gardera son emploi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Un salarié de Monoprix menacé de licenciement pour avoir récupéré des aliments dans une poubelle d'un magasin de Marseille gardera son emploi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau - -

MARSEILLE (Reuters) - Un salarié de Monoprix menacé de licenciement pour avoir récupéré des aliments dans une poubelle d'un magasin de Marseille...

MARSEILLE (Reuters) - Un salarié de Monoprix menacé de licenciement pour avoir récupéré des aliments dans une poubelle d'un magasin de Marseille gardera son emploi.

L'homme âgé de 59 ans, employé depuis huit ans dans ce magasin de la Canebière, avait fait l'objet d'une mise à pied conservatoire et d'une convocation à un entretien préalable à un licenciement pour avoir récupéré trois melons et six salades mis au rebut par le magasin, ce qui est interdit par le règlement.

Il ne sera finalement sanctionné que d'un jour de mise à pied en août et retrouve son poste.

Sa convocation avait déclenché un tollé parmi ses collègues et les syndicats, mais aussi sur Internet avec des messages hostiles postés sur le site du magasin.

"Faisant suite à l'entretien qui a eu lieu mercredi 6 juillet entre un collaborateur du magasin Monoprix-Canebière à Marseille et sa direction, il a été décidé une simple mise à pied d'une journée pour non-respect du règlement intérieur. Aucune autre mesure n'est prise à l'encontre du salarié ", écrit vendredi la direction dans un communiqué.

Pour Avelino Carvalho, responsable de la CGT commerce des Bouches-du-Rhône, "c'est une victoire acquise grâce à la vague d'indignation soulevée par cette affaire".

"Même si le principe de cette journée de mise à pied reste inacceptable, la pression et la dimension prise par cette histoire ont contraint Monoprix à renoncer à ce licenciement ", ajoute le syndicaliste.

François Revilla, édité par Yves Clarisse