BFM Business

Le patronat prêt à descendre dans la rue 

Manuel Valls auprès des patrons lors de l'université d'été du Medef à l'été 2014.

Manuel Valls auprès des patrons lors de l'université d'été du Medef à l'été 2014. - FRED DUFOUR - AFP

Le Medef annonce, sur BFM Business ce 7 novembre, une semaine de mobilisation à partir du 1er décembre. Les chefs d'entreprise vont exprimer "leur souffrance et leur ras-le-bol", notamment dans la rue.

"On va simplement manifester sous diverses formes. Il y aura des réunions, il y aura des témoignages, certains descendront peut-être dans la rue exprimer le ras-le-bol et la souffrance des patrons français".

Geoffroy Roux-de-Bezieux, le vice-président du Medef, a confirmé ce vendredi sur BFM Business que le patronat s'apprêtait bien à protester dans la rue, dès le 1er decembre. 

L'organisation des patrons sera accompagnée dans cette démarche par la CGPME. Les chefs d’entreprise veulent porter le fer sur les nombreux sujets gouvernementaux qui fâchent: le compte pénibilité, le temps partiel de 24 heures minimum par semaine, l'obligation d’informer les salariés de la cession de l’entreprise dans les PME, la fiscalité sur les dividendes, etc.

Une manifestation à Paris, l'autre à Toulouse

La mobilisation est commune, mais les modes de protestations seront différents selon les organisations. La CGPME compte appeler les petits patrons à descendre dans la rue, pour deux manifestations nationales. Une à Paris, et l’autre à Toulouse. Pour ses dirigeants, il s'agit de "soulever un peu le couvercle sur le chaudron".

En revanche, au Medef, Pierre Gattaz ne souhaite pas voir ses adhérents dans la rue. Il indiquait préférer s'en remettre à des formes de mobilisations plus douces, comme une lettre ouverte aux pouvoirs publics.

Quoi qu'il en soit, jamais depuis la mise en place des 35 heures il y a quinze ans, on n’avait vu un patronat aussi mobilisé contre un gouvernement.

Laurent Mimouni et BFMBusiness.com