BFM Business

Le patronat attend des signes de stabilité fiscale

Didier Ridoret attend du gouvernement des signes d'encouragements forts

Didier Ridoret attend du gouvernement des signes d'encouragements forts - -

Didier Ridoret, membre du conseil exécutif du Medef, appelle le gouvernement à agir vite pour restaurer un climat de confiance avec les patrons.

"Le gouvernement doit envoyer tout de suite des signes de stabilité fiscale !" Pour Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment et membre du conseil exécutif du Medef, face à un climat des affaires extrêmement mauvais, le Premier Ministre doit agir vite.

"Cela fait trois trimestres que la progression du PIB est quasiment inexistante, les chefs d’entreprises, tous secteurs confondus, ont besoins de décisions fortes pour retrouver leur compétitivité", poursuit Didier Ridoret au micro de Benaouda Abdeddaïm sur BFM Business. Il propose notamment de laisser plus de flexibilité aux entreprises pour adapter la charge de travail aux ressources de l’entreprise. Un point essentiel selon lui : "il y va de notre survie. Le gouvernement doit prend conscience que c’est un point sur lequel nous serons inflexible".

Mardi, les chiffres de la croissance française inquiétaient. Le moral des industriels est certes légèrement remonté (un point en août par rapport à juillet), mais est toujours en berne, atteignant son niveau le plus bas depuis début 2010. L'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie s'établit à 90 points contre 89 le mois précédent (chiffre révisé en baisse), un niveau inférieur à sa moyenne de long terme. Par ailleurs, les entreprises du secteur de l'industrie manufacturière ont baissé d'un point leurs prévisions d'investissement pour cette année et tablent désormais sur une hausse de 5%

Diane Lacaze