BFM Business

La suppression des seuils sociaux toujours d'actualité

François Rebsamen veut qu'un dialogue social ait lieu avant de suspendre les seuils sociaux.

François Rebsamen veut qu'un dialogue social ait lieu avant de suspendre les seuils sociaux. - -

François Rebsamen, le ministre du Travail, a assuré que l'idée n'était "pas morte", ce jeudi 26 juin. Mais il a souhaité que cette mesure soit accompagnée d'une "meilleure représentativité" pour les salariés.

François Rebsamen a assuré, jeudi 26 juin, que l'idée de suspendre les seuils sociaux, réclamée par le patronat au nom de l'emploi mais à laquelle les syndicats sont "plutôt opposés", "n'est pas morte".

Le ministre du Travail a ainsi déclaré avoir "rencontré chaque responsable syndical" pour "commencer à discuter": "ils y sont plutôt opposés" et la CGT est même "totalement contre".

"Mais il faut que ça soit un donnant-donnant", a-t-il ajouté sur i-Télé, avec "une meilleure représentativité" donnée aux salariés. "Ca, c'est le dialogue social".

Les syndicats opposés à la mesure

"J'attends que les partenaires sociaux en débattent". Mais "non, l'idée n'est pas morte", a-t-il affirmé.

François Rebsamen, qui avait déjà émis cette proposition avant sa nomination rue de Grenelle, s'était dit favorable fin mai à "suspendre pendant trois ans" les seuils légaux créant des obligations sociales aux entreprises, comme par exemple la création d'un comité d'entreprise à partir de 50 salariés. Le projet avait aussitôt été qualifié de "bêtise" par la CGT et d'"incongru" par la CFDT.

Y. D .avec AFP