BFM Business

La réforme de l'assurance chômage ferait 500.000 perdants

L'Unedic a recensé 300.000 personnes qui ont bénéficié d'ouvertures de droits après avoir justifié entre 4 et 6 mois de travail, sur les 1,72 million ayant été indemnisées.

L'Unedic a recensé 300.000 personnes qui ont bénéficié d'ouvertures de droits après avoir justifié entre 4 et 6 mois de travail, sur les 1,72 million ayant été indemnisées. - Pascal Guyot- AFP

Un chômeur sur cinq verrait ses droits réduits avec les nouvelles règles d'indemnisation qui devraient être mises en place en avril 2020, selon les Echos.

La réforme de l'assurance chômage présentée le mois dernier par le gouvernement doit permettre de dégager 3,4 millions d'euros d'économie en deux ans. Et cela passe par un durcissement des règles d'indemnisation. Selon un document confidentiel de l'Unedic que s'est procuré les Echos, "De l'ordre de 500.000 personnes seraient […] impactées par une ouverture de droit retardée ou annulée".

Il sera en effet plus difficile de prétendre à une indemnisation car il faudra avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois, contre actuellement 4 sur 28 mois. Or, l'Unedic a dénombré, en 2018, 300.000 personnes qui ont bénéficié d'ouvertures de droits après avoir justifié entre 4 et 6 mois de travail, sur les 1,72 million ayant été indemnisées.

Jusqu'à 700.000 personnes touchées selon le ministère du Travail

Autre mesure de la réforme ayant un fort impact : la prolongation des droits. Il sera nécessaire d'avoir travaillé 6 mois contre un seul à ce jour. Or sur un total de 670.000 rechargements, 250.000 personnes ont pu bénéficier d'un rechargement de leurs droits car ils ont pu justifier des contrats d'une durée de 1 à 6 mois. "D'où l'estimation d'un demi-million de personnes potentiellement affectées par le relèvement des seuils, une même personne pouvant ouvrir puis recharger dans la même année", précise le quotidien.

Le ministère du Travail a lui aussi livré ses chiffres, en estimant qu'entre 600.000 et 700.000 personnes seraient impactées par la réforme. Mais cette estimation mélangeait toutes les retombées de la réforme, comme l'accompagnement renforcé par Pôle Emploi, la dégressivité des allocations pour les cadres ou encore le bonus malus pour les contrats courts