BFM Eco

Les allocations des cadres les mieux payés vont baisser après 6 mois de chômage

-

- - Pexels

Le gouvernement vient de confirmer que les chômeurs qui gagnaient plus de 4500 euros brut avant de perdre leur emploi verront leurs allocations baisser de 30% au bout de six mois. Une mesure justifiée par la faiblesse du taux de chômage chez les cadres mais critiquée par les syndicats.

"Il faut que le travail paie toujours mieux que le non-travail." Le Premier ministre a rappelé le credo du gouvernement lors de la présentation de la réforme de l'assurance-chômage. Et les cadres sont directement concernés puisqu'ils seront davantage inciter à reprendre rapidement un emploi.

Concrètement, les salariés qui gagnaient plus de 4500 euros brut par mois dans les douze mois précédant la perte de leur emploi verront leur allocation baisser de 30% à la fin du sixième mois passé au chômage. Il y a tout de même un plancher en-deçà duquel l'indemnisation ne pourra pas baisser: c'est 2261 euros net par mois. Cette baisse ne concernera par ailleurs pas les chômeurs de plus de 57 ans.

La ministre du Travail justifie cette mesure par le faible taux de chômage des cadre et salariés qualifiés qui est de 3,8%. "Hors c'est contre-intuitif, précise Muriel Penicaud, mais plus le niveau d'indemnisation est élevé, plus la durée du chômage s'allonge." Autrement dit, assure la ministre, il faut changer les règles pour changer les comportements. 

Déjà évoqué en septembre dernier, cette mesure avait été évoquée avec les partenaires sociaux mais n'avait pas été retenue par les syndicats et le patronat. Le gouvernement étant désormais à la manœuvre, la mesure revient donc sur le devant de la scène.

Mais le gouvernement n'entend pas toucher au plafond d'indemnisation qui un des plus élevés d'Europe (7693 euros contre 4355 euros en Allemagne ou encore 2619 euros en Belgique). 

Une concession aux syndicats qui étaient unanimement contre cette mesure de dégressivité des allocations pour les cadres. "À chaque fois qu’on baisse l’indemnisation des demandeurs d’emploi, on baisse leur capacité à retrouver du travail. […] Il y a un sujet sur les cadres mais l’indemnisation dégressive, je crois que c’est mettre le doigt dans un système qui n’a jamais prouvé son efficacité", assurait en début d'année Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT sur France 2. 

De son côté, la CFE-CGC, le syndicat des cadres, s’est également opposé à un tel projet. Son secrétaire national, Jean-François Foucard, a dénoncé "l’opportunisme" de l’exécutif. Sur RTL, François Hommeril, président du syndicat, avait pour sa part qualifié la démarche du gouvernement de "populiste sans aucune piste d'économies sérieuse". 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco