BFM Business

La prime à la casse, sauveuse d'emplois ?

-

- - -

D'après le gouvernement, la prime à la casse a permis de sauver environ 30.000 emplois en France. Des chiffres contestés côté syndicats...

Malgré la baisse de la prime à 700 euros, les ventes de voitures neuves en France ont progressé de 14% en janvier. Une hausse qui profite surtout aux petits modèles, comme la Clio, la 206 ou la Twingo, majoritairement produits à l'étranger, comme l'explique François Roudier, porte-parole du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles : « chaque usine ayant un modèle qui fonctionne très bien, en bénéficie immédiatement, et tout le tissu industriel autour de l'usine, en bénéficie. Par contre, c'est vrai qu'on a vu, ces deux dernières années, un boom dans l'achat de petites voitures, plusieurs modèles qui ne sont fabriqués qu'à l'étranger, et qui ont donc bénéficié à l'usine locale et aux sous-traitants locaux. »

« Entre 24.000 et 33.000 emplois sauvegardés »

Pourtant, selon le ministre de la Relance Patrick Devedjian, « grâce à la prime à la casse, entre 24.000 et 33.000 emplois ont pu être sauvegardés dans la filière automobile en France ». Des chiffres contestés par les syndicats. Si Fabien Gâche, de la CGT Renault, reconnaît que sans ce dispositif, « cela aurait été pire », notamment pour le réseau commercial et les concessionnaires, il souligne qu'« on est plutôt dans une réduction massive d'effectifs : entre octobre 2008 et octobre 2009, 6.000 salariés ont quitté l'entreprise en France, 9.000 en comptant les filiales ».

« Même sans la prime, on tiendra en 2011 »

Réduite à 700 euros au mois de janvier, la prime devrait baisser à 500 euros à partir du 1er juillet prochain. Une disparition progressive qui ne semble pas inquiéter François Roudier : « On l'a déjà vécu, lors de la Juppette, la prime à la fin des années 90, qui s'était arrêtée brutalement et avait fait chuter le marché d'un tiers. En France, on est toujours sur un parc automobile assez âgé - l'un des plus âgés en Europe, d'ailleurs, avec plus de 8 ans [ndlr, moyenne d'âge des véhicules] -, donc il y a un vrai besoin de renouvellement de véhicules. Donc, il existe encore un marché pour l'automobile en France et on pense qu'on pourra tenir l'année, et ensuite 2011, sans prime à la casse. »

La rédaction, avec Julien Coudrau