BFM Business

La Poste : 5 000 embauches pour améliorer le climat social

Selon La Poste, ces nouvelles embauches doivent permettre "un allégement de la pression sur les effetcifs"

Selon La Poste, ces nouvelles embauches doivent permettre "un allégement de la pression sur les effetcifs" - -

La Poste a annoncé le recrutement de 5 000 personnes supplémentaires d'ici à 2014. La décision intervient après la publication d’un rapport sur le climat social dans le groupe public. Vidéo : reportage de Frédéric de Lanouvelle

Le groupe a annoncé, jeudi 13 septembre, la création de 15 000 postes sur la période 2012-2014 au lieu des 10 000 initialement prévues. Soit 5 000 supplémentaires.

Cette décision intervient quelques jours après la publication des recommandations de Jean Kaspar qui préconisait la création de 4 500 à 5 000 postes pour faire face au malaise social dans l’entreprise. L’ancien secrétaire général de la CFDT avait été chargé d’un rapport sur les conditions de travail à la suite de deux suicides de salariés le 29 février et le 11 mars 2012.

Le groupe précise que ces nouvelles embauches se feront en contrat à durée indéterminée (CDI). Ce plan doit permettre un "allègement de la pression sur les effectifs". Dès 2012, ce sont donc 1 000 jeunes supplémentaires qui seront embauchés et 2 000 pour chacune des années 2013 et 2014.

Cependant, les départs naturels, estimés entre 8 000 et 10 000 par an selon la direction, ne seront pas compensés par ces embauches qui reviennent à remplacer environ un départ sur deux.

"Souffler un peu"

Ces embauches permettront aux 240 000 salariés de La Poste de "souffler un peu", après des années de réorganisations éprouvantes, a estimé, ce vendredi 14 septembre, Fleur Pellerin, la ministre déléguées aux PME, à l'Innovation et à l'Economie numérique.

"L'Etat actionnaire, jusqu'à une date récente, avant le changement de gouvernement, a plutôt soutenu une méthode un peu arithmétique et un petit peu brutale, sans concertation. Nous souhaitons changer cette méthode", a-t-elle déclaré.

"De la poudre aux yeux" pour les syndicats

Pour les deux premiers syndicats du groupe, la CGT et SUD, ces nouveaux recrutements sont loin de répondre aux attentes des postiers, qui ont vu les effectifs diminuer fortement ces dernières années.

"On est en train de passer de l'exaspération à la colère", a réagi Bernard Dupin (CGT), soulignant qu'il aurait fallu "arrêter cette hémorragie" avec "des soldes négatifs chaque année".

"C'est de nouveau de la poudre aux yeux!", a renchéri Régis Blanchot (SUD), relevant que "la commission Kaspar avait été mise en place parce qu'il y avait un tel mal-être à La Poste qu'il s'est traduit par des actes irréversibles". Il a jugé la réponse "à mille lieux des attentes et des besoins des postiers".

Arthur de Laborde-Noguez et AFP