BFM Business

La direction d'Air France veut maintenant négocier avec les personnels navigants

Les négociations catégorielles menées avec les syndicats de pilotes débuteront le 5 novembre et celles avec les syndicats représentatifs des personnels navigants commerciaux démarreront le 7 novembre.

Les négociations catégorielles menées avec les syndicats de pilotes débuteront le 5 novembre et celles avec les syndicats représentatifs des personnels navigants commerciaux démarreront le 7 novembre. - Joël Saget-AFP

Air France ouvrira le 7 novembre les "négociations catégorielles avec ses personnels navigants", qui succéderont à l'accord salarial inter-catégoriel. Les discussions avec les pilotes débuteront le 5 novembre.

Après avoir signé un accord salarial inter-catégoriel pour 2018 et 2019, Air France ouvrira rapidement des négociations spécifiques avec les organisations syndicales représentatives des personnels navigants dans le respect du cadre légal. La date du 7 novembre a été retenue alors que les négociations catégorielles avec les syndicats de pilote de ligne débuteront le 5 novembre.

Air France poursuit le dialogue avec ses partenaires sociaux" et ces "négociations spécifiques" seront menées "dans le respect du cadre légal", souligne la compagnie aérienne.

Le SNPL et la CGT n'ont pas signé l'accord inter-catégoriel 

Vendredi dernier, un accord proposé par la direction et prévoyant une hausse générale des salaires portant sur les années 2018 et 2019 pour tous les personnels d'Air France, a été validé par une majorité de syndicats représentatifs de la compagnie aérienne.

Cet accord, signé après des mois de conflit sur cette question des salaires, prévoit notamment une augmentation rétroactive de 2% au 1er janvier 2018, puis une revalorisation de 2% au 1er janvier 2019.

Parmi les syndicats représentatifs non signataires de cet accord figurent la CGT et le SNPL, premier syndicat de pilotes au sein de la compagnie. Celui-ci a conditionné sa signature à l'issue des négociations propres aux pilotes, avait expliqué son président, Philippe Evain. Son syndicat a besoin d'une "photographie complète" de la situation, avait-il indiqué.

F.Bergé avec AFP