BFM Business

La Chambre de commerce de Paris va supprimer 715 postes

Google Street View

Google Street View - La CCI Paris Île-de-France

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris-Île-de-France vient d'officialiser son plan de départs volontaires qui va concerner un employé sur six. La faute, selon le président de la CCI, au gouvernement qui a taillé dans les ressources fiscales.

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France réduit ses effectifs. L'organisation vient ainsi tout juste d'officialiser le bilan définitif de son plan de départ volontaire auprès de ses partenaires sociaux.

Un plan qui avait été lancé, en janvier dernier, dans la plus grande discrétion. Ce sont ainsi pas moins de 715 postes qui vont être supprimés au sein de la chambre de commerce soit 1 emploi sur 6.

La faute au gouvernement rétorque son président, Pierre-Antoine Gailly, qui dénonce la baisse des ressources fiscales. "Aucun opérateur n'a subi de telles baisses", fait-il valoir. Il est vrai que les ressources fiscales des chambres de commerces ont diminué, de 46% depuis 2012, notamment parce que le gouvernement jugeait leur train de vie trop confortable.

La crainte d'un nouveau tour de vis

Il y a ainsi un an, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait prononcé un discours devant les CCI dans lequel il affirmait que les ressources fiscales des Chambres avaient augmenté de 41% entre 2002 et 2012, avant de repartir à la baisse. "Ma conviction intime, c’est qu’il aurait été de la responsabilité de la majorité précédente de ne pas laisser perdurer cette situation et de vous inviter, plutôt, à participer à l’effort collectif de diminution de la dépense publique", faisait-il alors valoir.

Les chambres de commerces sont donc au coeur du plan d'économie engagé par le gouvernement qui leur met une forte pression pour qu'elles taillent dans leurs coûts. L'an passé, l'exécutif avait décidé dans le budget 2015 de réduire les ressources fiscales des CCI de 213 millions d'euros ainsi que de prélever une contribution de 500 millions d'euros sur leurs fonds de roulement.

Les patrons de Chambre de commerce craignent d'ailleurs un nouveau tour de vis dans le prochain projet de loi de Finances pour 2016, que le gouvernement s'apprête à dévoiler. Le texte sera ainsi dévoilé fin septembre en Conseil des ministres.

Caroline Morisseau, édité par J.M.