BFM Business

L'école privée tire la sonnette d'alarme sur l'emploi enseignant

Dans un entretien à paraître mardi dans La Croix, le secrétaire général de l'enseignement catholique Eric de Labarre estime que la politique de l'emploi en matière d'enseignement en France conduit à une impasse. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissi

Dans un entretien à paraître mardi dans La Croix, le secrétaire général de l'enseignement catholique Eric de Labarre estime que la politique de l'emploi en matière d'enseignement en France conduit à une impasse. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissi - -

PARIS (Reuters) - La politique de l'emploi en matière d'enseignement en France conduit à une impasse, voire à une catastrophe à l'horizon 2012,...

PARIS (Reuters) - La politique de l'emploi en matière d'enseignement en France conduit à une impasse, voire à une catastrophe à l'horizon 2012, estime le secrétaire général de l'enseignement catholique.

Dans un entretien à paraître mardi dans La Croix, Eric de Labarre craint de ne pouvoir assurer la prochaine rentrée dans les écoles privées de certaines académies.

"Entre 2008 et 2010, nous avons rendu 4.600 emplois. L'an prochain, nous en perdrons encore 1.533 sur les 16.000 suppressions prévues dans l'Education nationale", déplore-t-il.

"La politique de l'emploi enseignant, telle qu'elle est mise en oeuvre aujourd'hui, conduit le privé comme le public à une impasse dès 2011 et à une situation catastrophique en 2012", ajoute-t-il.

Pour la rentrée 2011, l'école privée est d'ores et déjà en manque d'une centaine d'emplois à Versailles, à La Réunion et à Toulouse, notamment.

Aux yeux d'Eric de Labarre, l'élection présidentielle de 2012 doit être l'occasion de se poser "les bonnes questions, loin de toute démagogie".

"On ne pourra pas indéfiniment supprimer des postes d'enseignants, alors que l'évolution démographique entraîne une hausse des effectifs des élèves et que nous sommes, dans l'enseignement catholique, contraints de refuser chaque année de 30.000 à 40.000 inscriptions", dit-il.

Elizabeth Pineau, édité par Yann Le Guernigou