BFM Business

L'absentéisme en hausse de 18% chez les salariés

Les absences au travail ont coûté près de 7 milliards d'euros aux entreprises en 2012.

Les absences au travail ont coûté près de 7 milliards d'euros aux entreprises en 2012. - -

Que ce soit pour maladie, accident de travail ou de trajet, les salariés se sont absentés en moyenne 16,6 jours en 2012, révèle le baromètre d’Alma Consulting Group publié ce 5 septembre. Un phénomène qui coûterait à l'Etat et aux entreprises près de 16 milliards d'euros.

Après trois ans de baisse, l’absentéisme au travail repart à la hausse. Selon un baromètre rendu public ce 5 septembre par Alma Consulting Group, le phénomène a bondi de 18 % en 2012. Concrètement les salariés français se sont absentés en moyenne 16,6 jours, soit 2,6 jours supplémentaires par rapport à 2011.

Qu’il s’agisse d’absences pour maladie, accident de travail ou de trajet, ou encore pour maladie professionnelle, ces jours non travaillés ont un coût pour l’entreprise. Notamment parce qu’elles doivent verser des compléments de salaire mais aussi remplacer la personne absente. Le cabinet Alma Consulting Group estime que les entreprises du privé ont ainsi dû débourser 6,98 milliards d'euros l'an dernier.

Un taux en forte hausse dans les services

Et ce n’est qu’un minium, car cette estimation ne tient pas compte des coûts pour l'Etat, indique le cabinet. Il relève que le dernier rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (juin 2013) fait état d'un montant estimé à 8,77 milliards d'euros d'indemnités journalières versées. L'addition des deux chiffres porte donc la facture à près de 16 milliards d'euros pour 2012.

Tous les secteurs d’activité ne sont pas touchés de la même manière. Celui des services a connu une forte hausse de l’absentéisme (20 jours en moyenne), ce qui laisse augurer une dégradation du climat social dans ce secteur. La santé représente aussi un secteur très exposé avec 19,7 jours en moyenne. En revanche, le taux est stable dans le BTP (10,3 jours) et l'industrie (13,8 jours).

Coralie Cathelinais avec AFP