BFM Business

Kem One: plus qu'une seule offre en lice

Kem One n'a plus qu'un repreneur en lice.

Kem One n'a plus qu'un repreneur en lice. - -

La fusion des deux dernières offres de reprise pour le chimiste ne serait "techniquement pas possible". De ce fait, celle du fonds américain OpenGate Capital serait retirée, ne restant plus que celle du français Alain de Krassny.

Nouveau rebondissement dans l'affaire de la reprise d'une partie des activités du chimiste Kem One, ce jeudi 19 décembre: la fusion des offres des deux derniers repreneurs ne serait pas possible techniquement, selon l'AFP. De ce fait, le fonds américain OpenGate Capital va retirer la sienne, laissant l'industriel français Alain de Krassny seul en lice.

Pour Arnaud Montebourg, "cela ne change rien au projet" car les deux repreneurs sont mis d'accord.

Une partie de Kem One, entreprise née il y a un an demi de la cession des activités vinyliques d'Arkema au financier Gary Klesch, a été placée en redressement judiciaire en mars dernier. Seule l'activité production de PVC est concernée par le plan de redressement menaçant 1.300 emplois.

La veille, mercredi 17 décembre, alors que le tribunal de commerce de Lyon devrait donner sa décision quant aux deux offres proposées, les deux candidats avaient créé la surprise en demandant au tribunal de pouvoir fusionner leurs offres en une seule. La cour avait de ce fait reporté son audience à vendredi 20 décembre.

Une question technique

Le procureur avait indiqué à cette occasion qu'une telle option n'était "techniquement possible". Une déclaration confirmée aujourd'hui, qui provoque donc le retrait de l'offre de l'Américain, qui participerait néanmoins à une fusion ultérieure si le tribunal désigne Alain de Krassny comme repreneur.

"C'est une question technique. Les repreneurs ne peuvent pas fusionner leurs offres et OpenGate doit retirer la sienne pour la réintégrer ensuite après la décision du tribunal de commerce", a expliqué une source proche du dossier.

Ce nouveau rebondissement a de quoi décontenancer les syndicats, qui s'étaient prononcés, mercredi matin, sur les deux offres.

N.G.