BFM Business

Jean-Claude Mailly livre le nom de "son" meilleur ministre du Travail

Pour Jean-Claude Mailly, Muriel Pénicaud est une "bonne ministre".

Pour Jean-Claude Mailly, Muriel Pénicaud est une "bonne ministre". - Jacques Demarthon - AFP

Invité de BFM Business ce mardi, le patron de Force Ouvrière a effectué un premier bilan de ses 14 ans de mandat. Et a livré son sentiment sur différents ministres qu'il a été amené à côtoyer.

Invité ce mardi de BFM Business, Jean-Claude Mailly a livré le nom du "meilleur ministre du Travail" depuis son arrivée à la tête de FO en 2004. 

Le leader syndical en a en fait cité trois: Jean-Louis Borloo (2004-2007), Xavier Bertrand (2007-2009 et 2010-2012), avant d'ajouter: "que ça plaise ou pas, Mme Pénicaud, même si on n'est pas toujours d'accord, est une bonne ministre".

Et parmi les présidents qu'il a côtoyés, "le plus sympa, comme homme, (c'est Jacques) Chirac, il aime les gens".

Alors qu'il va céder sa place à Pascal Pavageau le 27 avril, Jean-Claude Mailly a fait part d'une "inquiétude pour demain": qu'Emmanuel Macron "mette en application ce qu'il a dit pendant sa campagne électorale", et cantonne les syndicats à "l'entreprise et la branche", au détriment du "niveau national interprofessionnel". Les syndicats, les corps intermédiaires, "ce n'est pas sa culture", a-t-il répété.

Ordonnances travail: Mailly "ne regrette rien"

Revenant sur l'épisode, à l'automne 2017, des ordonnances travail, pendant lequel une partie de sa base lui avait reproché de ne pas s'être suffisamment opposé, il "ne regrette rien" mais réfute toute "décision individuelle". "Ces décisions que nous avons prises pendant la période, elles ont été prises par les 13 membres du bureau confédéral, unanimes", a-t-il certifié.

En guise de bilan, le dirigeant a estimé que le nombre de militants FO étaient restés stables pendant ses 14 années à la tête du syndicat, "autour de 500.000". "Qu'on ait réussi à maintenir notre nombre d'adhérents, quand on voit la déconfiture, parfois, par exemple, de certains partis politiques, je trouve que ce n'est déjà pas si mal".

Y.D. avec AFP