BFM Business

Investir à l'international crée de l’emploi en France!

Les entreprises qui investissent à l'international créent des emplois qualifiés en France.

Les entreprises qui investissent à l'international créent des emplois qualifiés en France. - -

Selon une étude menée par le cabinet Pramex, plus de 3400 entreprises françaises ont le potentiel pour se lancer à l'international. Cela permettrait de créer 50 00 emplois en France dans les trois années à venir.

Investir à l’étranger permet d’avoir des retombées en France, tant en termes financier que d’emploi. Le cabinet de conseil aux entreprises, Pramex international, en partenariat avec l’université Paris-Dauphine, s’est attaché à évaluer les richesses qui en découlent au travers d'une étude. Il estime que jusqu’à 49 000 emplois pourraient être créés sur le territoire national par des entreprises œuvrant dans le secteur industriel, dans les trois ans à venir. En investissant à l’étranger, celles-ci gagneraient en moyenne 8% de chiffre d’affaires, soit environ 3 à 6 millions d'euros au bout de trois ans, estime l’étude.

Des emplois plus qualifiés et mieux payés en France, grâce à l'international

Le cabinet Pramex met ainsi fin à une idée reçue: ce surcroît de chiffre d’affaires ne proviendrait pas uniquement de la revente d’une production à l’étranger, mais bien de la création de valeur en France même.

"Plus une entreprise va s’implanter à l’international, plus elle est puissante en France. Celles qui ont franchi le pas sont plus innovantes, plus profitables; elles vont créer des emplois plus qualifiés dans l’Hexagone", commente André Lenquette, directeur général de Pramex International sur l’antenne de BFM business. Les besoins de l’entreprise se tournent alors vers des compétences commerciales, de développement et de recherche. Une étude corollaire a aussi mis en avant que ces salariés étaient mieux payés que ceux travaillant dans des entreprises œuvrant uniquement en France.

3400 entreprises industrielles ont le bon profil

Mais attention, se lancer à l’international ne s’improvise pas et nécessite quelques prérequis. Le cabinet a passé en revue les profils de plus de 11 000 sociétés du secteur industriel, et n’en a retenu qu’une poignée.

"Il y a aujourd’hui 3400 entreprises qui ont les atouts pour se lancer à l’international", estime André Lenquette. Les sociétés ainsi visées sont majoritairement des PME, parfois des entreprises de "taille intermédiaire" (ETI). Autrement dit, elles ont le dimensionnement nécessaire pour supporter les investissements indispensables à un développement hors de nos frontières. Les deux tiers d’entre elles sont même des filiales de groupes, ce qui représente un atout supplémentaire, d’autant que la moitié appartiennent à un groupe étranger ou possédant déjà des filiales à l’international.

Autre condition requise, selon le cabinet Pramex: avoir une stratégie d’exportation soutenue. Ainsi, pour les 3400 sociétés identifiées, les exportations représentent déjà entre 20 à 50% de leur chiffre d’affaires.

Reste à les convaincre du gisement de croissance qui les attend au-delà de nos frontières.