BFM Business

Intérim: qui sera concerné par les nouveaux CDI?

Seuls certains intérimaires pourront accéder au nouveau contrat en CDI.

Seuls certains intérimaires pourront accéder au nouveau contrat en CDI. - -

Patronat et syndicats du secteur intérimaire ont conclu un accord, jeudi 11 juillet, pour créer un "CDI intérimaire". Les bénéficiaires toucheront un salaire mensuel de l’agence d’intérim, même sans mission. Mais ce nouveau contrat ne concerne que peu de personnes.

Les intérimaires pourront bientôt bénéficier d’un CDI, qui leur assurera un salaire mensuel, même sans mission. Les agences d’intérim et trois syndicats, la CFDT, la FCTC et la CFE-CGC, ont signé un accord pour créer le CDI intérimaire, jeudi 11 juillet. Mais dans les faits, ce contrat ne concernerait qu’une minorité d’intérimaires.

> Quels sont les secteurs ciblés?

Seuls les intérimaires les plus convoités, c’est-à-dire qui exerce une profession très recherchée par les entreprises pourront bénéficier du CDI intérimaire. Les secteurs privilégiés seront la restauration, la métallurgie et l’informatique.

Les agences d’intérim se sont engagées à signer 20.000 de ces contrats d’ici trois ans. Cela ne représente que 4% des 500.000 équivalents temps plein recensés dans l’intérim début 2013. Depuis 2007, l’intérim a perdu plus de 200.000 emplois en équivalent temps plein.

> Quelles sont les modalités du contrat?

En cas d’absence de mission, les salariés percevront une rémunération minimale mensuelle équivalente au Smic pour les employés et les ouvriers, et jusqu’à 1,25 fois le Smic pour les cadres. Mais attention, ils devront accepter toute mission qui leur est proposé, dans les limites de mobilité, de poste et de salaire fixées par leur contrat.

L’indemnité de fin de mission de 10% est supprimée pour les intérimaires qui bénéficieront de ce contrat, et sera versée dans un "Fonds de sécurisation des parcours" pour les autres intérimaires. En ce qui concerne les autres règles, comme les congés ou les questions de licenciement, le contrat est identique à tout CDI.

> Quel(s) bénéfice(s) pour les agences d'intérim?

Les 6.900 agences d’intérim hexagonales étaient sous la menace d’une hausse des cotisations chômage pour les contrats courts, qui avait été décidé lors des accords sur la sécurisation de l’emploi. Faute d’un accord, elles auraient dû débourser jusqu’à 200 millions d’euros en plus par an.

Cela leur permet en outre de s’assurer la fidélité de ces intérimaires très recherchés et de garantir qu’ils ne partent pas pour une autre entreprise après des formations.

> Quels sont les autres points de l'accord?

Outre le CDI intérimaire, qui assure aux bénéficiaires d’être payés chaque mois, même hors mission d’intérim, l’accord porte également sur des formations pour les intérimaires. Les agences s’engagent en outre à augmenter de 40 heures, la durée annuelle d’emploi pour 80.000 intérimaires, qui travaillent pour le moment quatre mois par an.

Cette mesure représente un coût de 60 à 70 millions d’euros, financés par le "Fonds de sécurisation des parcours". Seront versés dans ce fonds l’indemnité de fin de mission de 10%, supprimée pour les intérimaires en CDI, et une cotisation de 0,5% versée par les agences.

A.D.