BFM Business

"Il ne faut pas faire de réforme des retraites tous les deux ans"

Raphaël Hadas-Lebel a tenu s'est dit étonné que les conclusions du rapport du COR est été qualifiées d'"alarmantes" par les médias.

Raphaël Hadas-Lebel a tenu s'est dit étonné que les conclusions du rapport du COR est été qualifiées d'"alarmantes" par les médias. - -

Raphaël Hadas-Lebel, le président du Conseil d’orientation des retraites, était invité du Grand Journal sur BFM Business le 19 décembre pour y décrypter les conclusions du rapport sur le financement du système.

Une nouvelle réforme des retraites est à prévoir, a affirmé le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, ce 19 décembre. Une affirmation prononcée le jour où le Conseil d'orientation des retraites (COR) dévoile des prévisions inquiétantes à l'horizon 2017. Au micro d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business, son président a relativisé le caractère "alarmant" des conclusions, estimant qu’il était inenvisageable de procéder à une refonte du système "tous les deux ans".

Raphaël Hadas-Lebel reconnaît toutefois qu’il y a du travail à faire sur les besoins de financement. "La retraite des Français ne peut pas être payée par la dette", s’insurge-t-il. Notamment parce que le principe du système des retraite est justement "fondé sur l’équité entre les générations". Il ne faut donc pas laisser le fardeau aux suivantes.

>> Notre dossier sur les retraites

Selon le Conseil, le déficit des régimes des retraites devrait atteindre près de 19 milliards d'euros en 2017. Bien loin des objectifs affichés par Nicolas Sarkozy qui prévoyait d'endiguer ce déficit en 2018, grâce au relèvement de deux ans de l'âge de départ en retraite.

Faut-il considérer, comme le ministre du Travail, Michel Sapin, l’a martelé ce mercredi que la réforme menée par le gouvernement Fillon a été "injuste", "brutale", et surtout "inefficace" ? Le président du COR n’est pas de cet avis. Il indique que selon les données du Conseil, "les besoins de financement des retraites ont été divisés par deux depuis 2010".

Une amélioration de la situation à laquelle a participé la dernière réforme des retraites. Ce n’est toutefois qu’un facteur parmi d’autres selon Raphaël Hadas-Lebel qui cite également le "non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite", et des "effets démographiques"

De nouvelles mesures avant fin-2013

"Une partie du chemin a été accomplie mais la crise nous oblige à faire de nouveaux efforts", regrette le président du conseil. Les besoin de financement s’élèvent toujours à "un point de PIB", rappelle-t-il.

Symptôme de cette situation, "la moyenne des pensions augmente plus vite que la moyenne des rémunérations aujourd’hui". "C’est un cas exceptionnel" explique-t-il. Une constatation qui pourrait constituer une piste pour réformer.

Raphaël Hadas-Lebel indique que le COR formulera des recommandations au gouvernement en janvier. Pour lui, il faut agir, dans l’ordre de priorité, sur "les ressources mises à disposition du système des retraites", ensuite sur "les pensions, notamment sur le rapport entre montant des pensions et montant des salaires", et en dernier seulement sur l’âge de départ.

Une concertation sur le sujet commencera mi-2013, et des décisions seront prises avant la fin de l’année, a promis Michel Sapin, ce mercredi.

Nina Godart