BFM Business

Guéant réduit la liste des métiers ouverts aux immigrés

Parmi les métiers enlevés de la liste, plusieurs font partie du secteur BTP...

Parmi les métiers enlevés de la liste, plusieurs font partie du secteur BTP... - -

«La France n’a pas besoin de maçons étrangers». Pour réduire l'immigration légale liée au travail, Claude Guéant veut réduire la liste des métiers ouverts aux étrangers. «Une bonne baffe au BTP», s’inquiètent certains sur le terrain, craignant notamment une pénurie de main d'œuvre… Et vous, qu'en pensez-vous ?

Il y a quelques mois, Claude Guéant déclarait : « La France n’a pas besoin de maçons étrangers ». Et maintenant, le ministre de l’Intérieur et de l’Immigration demande, dans un arrêté, que la liste des métiers ouverts aux étrangers soit réduite. Le but : diminuer l'immigration légale liée au travail. En 2010, 20 000 autorisations de séjour ont été délivrées au titre du travail. Parmi les métiers enlevés de la liste, plusieurs font partie du secteur BTP.
Avec cette nouvelle, certains craignent une pénurie de main d'œuvre. Selon l'Insee, la part des immigrés dans le secteur de la construction se situerait autour de 16%. Pour la CGT, ce serazit plutôt de l'ordre de 30 à 40%.

« Pour nous c’est facile de travailler dans le BTP »

Reportage sur un chantier, dans le sud de Paris, où les ouvriers sont presque tous des immigrés. Certains ont un visa provisoire, d'autres ont déjà la nationalité française. Hussein, lui, a mis 10 ans à l'avoir. Il a débarqué de Turquie en 1990 et à son arrivée, travailler dans le BTP c'était une évidence : « On ne sait pas très bien parler français, alors pour nous c’est facile de travailler dans le BTP ».
Mais avec l'arrêté prévu par Claude Guéant, l'histoire d'Hussein sera de plus en plus rare à trouver chez les migrants. Dans le BTP, il n'y a plus qu'un poste ouvert aux étrangers : celui de dessinateur…

« Les entreprises doivent pouvoir trouver des jeunes Français ou Européens… »

Pour Thierry Mariani, député UMP à l'origine de la loi sur l'immigration choisie, il faut donner la priorité aux Français et aux Européens : « Il y a un moment où l’on cherchait un certain nombre de personnel dans certains métiers. Aujourd’hui, le chômage a augmenté et les entreprises doivent pouvoir trouver des jeunes Français ou Européens susceptibles de prendre ces métiers-là. L’immigration choisie, c’est aussi adapter le curseur en fonction de la situation économique ».

« J’ai très rarement vu des Français travailler à la production »

Constat différent sur le terrain. Stéphane est conducteur de travaux dans le Bâtiment. Sur les chantiers, il ne voit pas comment faire sans la main d'œuvre étrangère : « Pour moi, ce qu’a dit Claude Guéant c’est une absurdité. J’ai fait quelques chantiers et franchement j’ai très rarement vu des Français travailler à la production. Ça risque de mettre une bonne baffe au BTP ; c’est pas possible de faire passer un arrêté comme ça ; pour moi c’est inimaginable ».

« Des conditions encore plus difficiles pour ces travailleurs non déclarés »

Inimaginable pour ce professionnel du secteur. Inutile pour Annette Hureau, de la CIMADE, l'association qui s'occupe des migrants : « Ça va réduire le nombre de titres de séjour délivrés mais ce ne réduira pas le nombre de personnes employées dans ces secteurs de manière non déclarée et qui sont les premières à vouloir être régularisées. Non seulement elles seront toujours présentes et travailleront toujours dans ces emplois, mais dans des conditions encore plus difficiles qu’actuellement ».

« Aux Etats-Unis, ils ne regardent pas ta nationalité ! »

Au delà de ça, cette notion d'immigration choisie choque les travailleurs comme Hussein : « J’ai été aux Etats-Unis ; là-bas ils ne regardent pas ta nationalité, ta couleur. Si tu sais faire ton boulot, c’est bon, tu travailles. C’est ridicule, ces gens-là ne représentent pas la France ! ».

Mais la France n'est pas la seule. Depuis peu, en Espagne, les Roumains sont obligés de demander un permis de travail s'ils veulent prendre un emploi.

La Rédaction, avec Alexis Bédu