BFM Business

Grève à Pôle Emploi : « Beaucoup n’ont plus envie de faire ce travail »

Les conseillers dénoncent les conditions de travail et d’accueil, ainsi que la suppression de 1800 postes d’ici 2011 annoncée la semaine dernière par la direction.

Les conseillers dénoncent les conditions de travail et d’accueil, ainsi que la suppression de 1800 postes d’ici 2011 annoncée la semaine dernière par la direction. - -

Grève nationale ce mardi dans les agences Pôle Emploi. Les conseillers dénoncent les conditions de travail et d’accueil, ainsi que la suppression de 1800 postes annoncée la semaine dernière par la direction. Témoignages.

Grève nationale ce mardi dans les agences Pôle Emploi. Les conseillers dénoncent les conditions de travail et d’accueil, ainsi que la suppression de 1800 postes d’ici 2011 annoncée la semaine dernière par la direction. L’organisme est né en 2008 de la fusion entre l’ANPE et l’Assedic et compte aujourd’hui 49 000 collaborateurs.

Une manifestation est prévue à Paris à 13 heures entre la place de la République et la Porte des Lilas. Les syndicats attendent entre 2500 et 3000 manifestants.

« J'étais très près de la dépression »

Conseillère emploi depuis quinze ans dans le Val-de-Marne, Danièle gère 200 dossiers de demandeurs d’emploi par mois. Elle témoigne de ce mal-être. « J’étais très près de la dépression. L’autre jour on parlait de Noël et une collègue s’est mise à pleurer pour rien. Les gens sont très fatigués, il y a des arrêts maladie fréquents pour des petites choses. Beaucoup n’ont plus envie de faire ce travail ».

« On travaille de plus en plus dans l’urgence »

Trop de dossiers à traiter, pas assez de moyens. Lors de la création de Pôle Emploi, le ministère préconisait 60 dossiers par conseiller. Aujourd’hui, ils doivent plus souvent en gérer 150 ou 200. Avec des conséquences pour les usagers.

Simon est conseiller à Paris. Selon lui, « on bâcle tout par nécessité, on réduit des effectifs, on travaille de plus en plus dans l’urgence et on ne comprend même plus ce qu’on fait. C’est de l’abattage ».

Des demandeurs d’emploi insatisfaits

D’après un sondage IPSOS, près de la moitié des demandeurs d'emploi est insatisfaite des prestations de Pôle Emploi. Luc est conseiller à Paris. « Une collègue s’est fait cracher dessus à l’accueil. Il y aussi des tensions plus physiques, comme des agressions. Cela peut partir très vite ».

Pour lui, ce climat est dû à l’organisation même des agences. « Comment voulez-vous que ça se passe bien ? On a dix minutes par demandeur, donc on a pas le temps de faire grand-chose. Ce qui permet à la direction de dire que tout le monde a été reçu ou contacté dans le mois. Mais savoir si la personne a avancé dans ses démarches, ce n’est pas son problème ».