BFM Business

Google confronté à de multiples accusations de sexisme

Une soixantaine de femmes, dont la moitié toujours en poste, estiment être victime de sexisme et de discrimination chez Google.

Une soixantaine de femmes, dont la moitié toujours en poste, estiment être victime de sexisme et de discrimination chez Google. - Jewel Samad- AFP

Une soixantaine de salariées, ou anciennes salariées, veulent obtenir réparation devant la justice pour avoir été victimes de sexisme. Elles estiment avoir reçus des salaires inférieurs à leurs collègues masculins et avoir été bridées dans leur évolution au sein de l'entreprise.

Le vernis se craquèle davantage encore. Il y a encore peu, Google était cité en exemple pour son management innovant, pour l'aménagement créatif de ses bureaux et les nombreux avantages offerts à ses salariés. Mais l'ambiance ne semble pas être si idyllique que cela. Des employées veulent obtenir réparation pour les discriminations dont elles assurent avoir fait l'objet.

Elles sont une soixantaine, dont la moitié sont toujours en poste chez Google, à envisager une class action contre le géant de la technologie, selon des informations du Guardian. James Finberg, leur avocat, explique que ces salariés ont perçu une rémunération inférieure à leurs collègues masculins alors qu'elles occupaient des postes comparables et avaient des compétences équivalentes. Une des salariées a déclaré gagner environ 40.000 dollars de moins qu'un collègue effectuant le même travail. Une ancienne salariée, qui occupait un poste de cadre supérieur, a assuré que la différence de salaires avec ses homologues masculins était de "plusieurs dizaines de milliers de dollars par an". Sa rémunération était même inférieure a celle d'un homme tout récemment recruté et dont elle était la supérieure hiérarchique.

Des carrières au point mort

Une discrimination de genre serait aussi appliquée pour l'attribution de bonus et de stock-options. Et loin de se réduire, les écarts de rémunération ne feraient que s'aggraver au fil du temps.

Les salariées estiment aussi avoir été bloquées dans leur avancement du fait de leur sexe. "Je voyais les camarades masculins progresser à un rythme plus rapide que moi. C'était vraiment dérangeant ", a déclaré l'une d'entre-elles, et ce malgré les réalisations accomplies et la forte charge de travail

Certaines ont également fait l'objet de propos sexistes sur leur apparence notamment. Une douzaine de femmes ont préféré chercher un job ailleurs que de continuer à subir cette situation.

Des pratiques courantes dans la Silicon Valley

Ces témoignages viennent étayer les soupçons sur l'absence de parité au sein de Google. Le bureau du Travail américain a porté plainte en avril dernier pour les disparités de rémunération systémiques observées entre les hommes et les femmes. L'enquête est en cours. Google a également dû réagir fermement à la polémique qui enflait, en réaction aux propos d'un de ses ingénieurs, qui justifiait la très faible présence des femmes dans la tech en raison de "causes biologiques".

Google n'est cependant pas la seule entreprise visée, le secteur de la tech est globalement montré du doigt pour son manque de diversité et ses pratiques discriminatoires. L'avocat James Finberg croit en la force de cette nouvelle action. "Le but de cette affaire est non seulement de faire changer les pratiques de Google mais aussi d'inciter d'autres entreprises de la Silicon Valley à modifier leur pratiques salariales" explique-t-il au Guardian.

C.C.