BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux succède à Pierre Gattaz à la tête du Medef

Les 556 délégués du Medef ont voté ce mardi à la Mutualité. Ils ont élu Geoffroy Roux de Bézieux à la tête du mouvement patronal. Son agenda va être très chargé, avec des rendez-vous sociaux majeurs avant la fin de l'année 2018.

Geoffroy Roux de Bézieux va présider le Medef pour les cinq prochaines années. Il vient d'être élu à 284 voix sur 556 délégués du mouvement patronal qui votaient ce mardi (55,8%). Un résultat serré après une course au coude-à-coude avec l'autre finaliste, Alexandre Saubot, le "Monsieur social" du Medef.

Fondateur The Phone House et Virgin Mobile, Geoffroy Roux de Bézieux faisait figure de candidat "start-up nation". Chargé de la fiscalité et du numérique au Medef, il a affiché pendant sa campagne son ambition d'incarner un patronat "moderne" et de "renouveler" l'organisation patronale. Il était soutenu par 22 fédérations professionnelles et une centaine de chefs d'entreprise de la French Tech, mais aussi par les grandes figures du patronat Denis Kessler, Maurice Lévy et Gérard Mestrallet.

Un agenda très chargé

Le nouveau président du Medef va avoir un agenda chargé ces prochaines semaines. Il devra se pencher tout de suite sur deux dossiers brûlants. D'abord la réforme Pénicaud sur l'assurance-chômage, actuellement en discussion au Parlement. Les nouvelles règles devraient limiter les marges de manoeuvre des partenaires sociaux, si bien que les deux candidats ont posé la question du maintien du patronat dans la gestion de l'Unedic.

L'autre sujet chaud sera la loi Pacte de Bruno Le Maire, qui vient d'être présentée en Conseil des Ministre, et qui contient une mesure qui inquiète beaucoup le Medef: la nouvelle définition de l'objet social de l'entreprise.

Le nouveau patron des patrons devra aussi se pencher sur la mise en place du prélèvement à la source, la réforme des retraites, et le programme d'économies massives du gouvernement. Le tout dans des délais très courts, puisque la quasi-totalité du programme présidentiel doit être amorcé d'ici la fin 2018.

N.G.