BFM Business

François Hollande: "Je crois au dialogue social"

Lors du discours d'ouverture de la conférence sociale lundi 19 octobre, le président de la République a vanté les mérites du dialogue social, tout en taclant la CGT au passage.

A ceux qui mettraient en doute l'utilité du dialogue social, le président de la République a opposé une fin de non recevoir.

Lors de la quatrième conférence sociale de son quinquennat, François Hollande a ainsi vanté les mérites de la discussion entre partenaires sociaux. "Je crois au dialogue social", a-t-il fait savoir d'emblée.

"Le dialogue social, n'est pas une formalité, une obligation mais une condition du progrès", a poursuivi le président.

Et François Hollande de souligner que "notre pays a besoin d'avancer, d'être réformé" mais que pour cela, "il est nécessaire de donner des garanties aux salariés pour leurs droits fondamentaux" ainsi que de la "visibilité" aux entreprises.

Pique à la CGT

"Le statu quo n'est plus possible, l'alternative c'est la réforme ou la rupture", a-t-il affirmé, ajoutant que "faute de rénovation", le dialogue social sera menacé "de disparition".

Au passage, François Hollande en a profité pour saluer l'accord trouvé par les partenaires sociaux pour sauver l'avenir des retraites complémentaires. Un texte qui "à [ses] yeux est une preuve de responsabilité".

Il en alors profité pour tacler la CGT, qui n'a pas signé ce dernier accord (comme FO) et a de plus boycotté la conférence sociale de ce lundi. "Il est commode de ne jamais s'engager à signer le moindre accord en pensant que les autres le feront tout en dénonçant l'insuffisance du dialogue social", a-t-il ainsi déclaré.

Le Smic perdurera

Par ailleurs, en détaillant ensuite l'ensemble des sujets à l'ordre du jour des partenaires sociaux, François Hollande a évoqué l'évolution du code du travail, en rappelant que la "législation sur le travail [était] devenue illisible".

Il a confirmé qu'"il ne s'agi[ssai]t évidemment pas de toucher aux principes du Code du travail, qui demeureront, comme la durée légale de travail, le Smic, le contrat de travail", rappelant qu'un projet de loi serait présenté début 2016 sur le sujet.

J.M.