BFM Business

Force ouvrière signe l'accord sur l'assurance chômage

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. FO est devenu lundi la première organisation syndicale à signer le projet de convention d'assurance chômage élaboré vendredi avec le patronat. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. FO est devenu lundi la première organisation syndicale à signer le projet de convention d'assurance chômage élaboré vendredi avec le patronat. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes - -

PARIS (Reuters) - Force ouvrière a annoncé lundi sa décision de signer le projet de convention d'assurance chômage négocié vendredi avec le patronat.

PARIS (Reuters) - Force ouvrière a annoncé lundi sa décision de signer le projet de convention d'assurance chômage négocié vendredi avec le patronat.

Il s'agit de la première centrale syndicale à prendre sa décision, la CFE-CGC, la CFTC, la CFDT et la CGT devant encore se prononcer.

"Par cet accord, Force ouvrière réaffirme son attachement au paritarisme et à sa défense, dans un contexte où ce dernier est fortement remis en cause par l'Etat et une certaine partie du patronat", déclare le syndicat dans un communiqué.

Les syndicats et les organisations patronales avaient rédigé vendredi un projet d'accord sur la convention d'assurance chômage qui entrera en vigueur début juin et s'achèvera fin 2013.

Le texte maintient les droits actuels des assurés et prévoit une baisse des cotisations conditionnée à l'assainissement des comptes de l'assurance chômage.

Pour que les taux des contributions chômage des employeurs et des salariés soient réduits, deux conditions devront être réunies.

Il faudra que le résultat d'exploitation de l'assurance chômage soit excédentaire d'au moins 500 millions d'euros pendant deux semestres consécutifs et que sa dette cumulée soit égale ou inférieure à "1,5 mois de contributions calculés sur la moyenne des douze derniers mois", précise le document.

Selon ces dispositions, dont le projet d'accord prévoit qu'elles resteront en vigueur jusqu'à fin 2016, une baisse des cotisations pourrait avoir lieu en 2015, a déclaré le chef de file de la délégation patronale, Patrick Bernasconi.

Selon les prévisions de l'Unedic, le gestionnaire de l'assurance chômage, son déficit devrait atteindre 1,8 milliard d'euros fin 2011 et la dette 11 milliards.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal