BFM Business

Finie la culture de l'urgence, découvrez le slow management

Prendre le temps d'échanger avec ses équipes, autour d'un café, permet au final de renforcer leur motivation.

Prendre le temps d'échanger avec ses équipes, autour d'un café, permet au final de renforcer leur motivation. - Olivier Laffargue - BFMTV

Pour motiver et rendre ses collaborateurs plus performants, il y a mieux que la pression permanente. Le slow management a de plus en plus d'adeptes. Si votre chef n'est pas convaincu, faites lui lire cet article.

Ralentir pour mieux produire, tel est le concept du slow management. Si vous vous sentez toujours speed et stressé dans votre travail, et que cela a un impact sur votre productivité, il est sans doute temps de s'y mettre.

"Dans le travail, on est un peu pris dans le culte du très, très urgent et cela use les gens. L'idée est donc de prendre le temps de s'asseoir et de se parler. Il y a beaucoup de bon sens là-dedans", explique à BFM Business Damien Richard, professeur à l'INSEEC Business School.

Le slow management repose sur des principes simples: cesser la course à la vitesse et replacer la relation humaine au cœur de la performance. Un moyen facile pour y parvenir: mettre de côté les mails, qui sont trop impersonnels, et privilégier les discussions en direct avec ses collaborateurs afin qu'ils se sentent écoutés mais aussi valorisés.

La cafétéria lieu privilégié pour le slow management

"Le manager très concrètement, il sort de son cockpit, il prend le temps de dire bonjour le matin, il prend le temps d'aller sur la scène de travail, là où se fait l'activité", conseille Damien Richard. La cafétéria de l'entreprise devient du coup un lieu à privilégier pour échanger avec ses équipes autour d'un café. Car " discuter c'est produire" affirme ce spécialiste du management.

Selon lui, "il faut ouvrir un espace de discussions, et penser à ralentir parce qu'en fait il y a une explosion depuis quelques années dans les entreprises du stress, de la dépression, du burn out".

Ces contacts doivent permettre d'encourager les initiatives personnelles, de favoriser l'autonomie, la créativité, d'offrir de nouvelles libertés aux salariés. Chacun d'entre eux se sentira plus impliqués dans l'évolution de l'entreprise. Et naturellement cela aura des répercussions durables sur leur performance. 

"On est dans une société de la connaissance et dans une société de la connaissance on ne tire pas sur un arbre pour le faire pousser", conclut avec philosophie Damien Richard.

C.C.