BFM Business

Failcon, la conférence qui met fin au tabou de l’échec

Le concept de la Failcon est né dans la Silicon Valley, un lieu où l'échec fait partie du parcours normal d'un entrepreneur.

Le concept de la Failcon est né dans la Silicon Valley, un lieu où l'échec fait partie du parcours normal d'un entrepreneur. - -

Cet événement, dont le concept vient des Etats-Unis, se tient ce mardi 25 septembre à Paris. Il permet aux patrons d'échanger sur leurs plus gros ratages et d'en finir avec ce vieux démon du chef d'entreprise : la peur d'échouer.

Une introduction en bourse ratée, une innovation complétement à côté de la plaque, un produit qui ne trouve pas son public. Autant de sujet qui peuvent être abordés lors de la Failcon, la "conférence du ratage", qui se déroule aujourd’hui à Paris. Sur scène, des dizaines de patrons viennent raconter leur histoire personnelle de l'échec. Histoire de dédramatiser un peu ce mot lourd de sens.

Dans la Silicon Valley, où est né le concept de cette conférence, l'échec est une cicatrice de guerre que l'on valorise. En France, c'est un stigmate. Roxanne Varza, l'organisatrice de la Failcon en France, a d'ailleurs eu le plus grand mal à trouver des patrons qui acceptent de témoigner.

Même Steve Jobs et Henry Ford ont connu des ratages

Et pourtant, quoi de plus naturel dans le parcours d'un entrepreneur ? Comme le résume un participant, "on ne reproche pas au sauteur à la perche d'avoir réussi au 3e essai".

Prenez les co-fondateurs de Sony, dont la première invention, un autocuiseur à riz, a été un flop retentissant. Steve Jobs, renvoyé d'Apple en 1985. Ou même Henry Ford, qui a échoué par deux fois dans la création d'entreprise automobiles avant de trouver la recette miracle. Il avait cette formule : "l'échec est simplement une opportunité de recommencer plus intelligemment."

Anthony Morel