BFM Business

Embauches, finances, trafic: la SNCF affiche une santé de fer !

La SNCF s'attend à embaucher 40 000 personnes d'ici 2017

La SNCF s'attend à embaucher 40 000 personnes d'ici 2017 - -

L’année 2012 aura été celle de la rupture à la SNCF. Pour la première fois depuis des décennies, la compagnie ferroviaire prévoit une hausse continue de son chiffre d’affaires et de son trafic, ainsi que 40 000 embauches.

Enfin de bonnes nouvelles sur le front de l’emploi. Au cœur du marasme économique, alors que les annonces de plans sociaux se sont multipliées tout l’été, la SNCF annonce ce lundi 24 septembre des recrutements massifs et de belles perspectives économiques.

A l’occasion d’un séminaire de presse à Berlin la semaine dernière, la direction du groupe a présenté son plan stratégique 2013-2017. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il tranche avec les années précédentes. En 2012, non seulement les effectifs ne seront pas réduits, mais il y aura eu 10 000 recrutements. La première fois depuis dix ans! En tout, la compagnie ferroviaire française prévoit d’embaucher 40 000 personnes d’ici 2017.

3,5% de progression du chiffre d'affaires pour les cinq ans à venir

Si la compagnie prévoit d’étoffer ainsi ses effectifs, c’est parce qu’elle a constaté une forte de hausse de la fréquentation de ses trains. Selon l’Insee, le transport collectif de voyageurs a crû de 3,2% en 2011. Rien qu’en Île-de-France, la fréquentation des TER a augmenté de 50% depuis 2002. Une progression qui devrait se poursuivre, de plus en plus d’automobilistes se rabattant sur le train du fait de la hausse des prix des carburants.

Les effets devraient se faire sentir sur la santé économique de la SNCF: elle s’attend à une belle progression de son chiffre d’affaires pour les cinq prochaines années, de 3,5% pour atteindre les 40 milliards d’euros en 2017. De quoi lui permettre de récolter quatre milliards d’euros de marge opérationnelle, contre un peu plus de trois milliards aujourd’hui. L’entreprise compte aussi réduire son endettement de plus de deux milliards d’euros, à six milliards.

Et le cycle vertueux continue de tourner: la SNCF fait travailler plus de 20 000 sous-traitants en France, qui emploient eux-mêmes 400 000 personnes. L’embellie à la SNCF devrait provoquer aussi un regain d’activité chez ces prestataires.

Nina Godart et AFP