BFM Business

Des idées toujours plus décapantes pour recruter les meilleurs cadres

Pour trouver l'élément clé qui viendra compléter leurs effectifs, les entreprises n'ont plus forcement recours aux voies classiques du recrutement.

Pour trouver l'élément clé qui viendra compléter leurs effectifs, les entreprises n'ont plus forcement recours aux voies classiques du recrutement. - Geralt - CC

"Plutôt que d'avoir recours aux traditionnelles petites annonces ou aux chasseurs de tête, certaines entreprises organisent des campagnes de recrutement originales conduisant les candidats à relever des défis ou à participer à des ateliers."

Quand on lit le descriptif de poste d'une offre d'emploi, ainsi que la longue liste des compétences demandées, on comprend tout de suite que le recrutement est une affaire sérieuse. Pourtant, de plus en plus d'entreprises choisissent de passer par un biais beaucoup moins formaliste, en mettant en scène leur campagne de recrutement. Une banque a par exemple choisi de s'inspirer de l'émission "The Voice", en proposant aux candidats de faire leur entretien face à des recruteurs ayant le dos tournés.

Cet été, Michel et Augustin a envoyé sa responsable des ressources humaines dans le métro pour clamer haut et fort qu'elle était à la recherche de commerciaux. Pour compléter son équipe de vendeurs dans son tout dernier magasin parisien, Decathlon vient de lancer une campagne de recrutement où les candidats ont 19 secondes pour envoyer en ligne leur CV. "Une manière de faire un clin d'œil au monde du sport et de la performance mais aussi à l'arrondissement auquel le nouveau magasin appartient", explique un responsable de l'enseigne.

Réagir à la guerre des talents

Mais au final, cette débauche d'imagination n'a d'autre but que de valoriser la marque employeur. Une démarche essentielle pour cibler les meilleurs éléments et les profils les plus sollicités. "Même si le contexte économique n'est pas facile, cela cache des réalités de chômage très diverses. Sur les fonctions cadres, les métiers qui demandent une formation, il y a une vraie guerre des talents", analyse Pascal Lasserre, directeur général adjoint de Cadremploi.

Pour se démarquer dans ce contexte où l'équilibre entre recruteurs-recrutés tourne de plus en plus à l'avantage de ces derniers, les entreprises ne peuvent plus se contenter des voies classiques. "Le recrutement via annonce est en train de s’effondrer en termes de qualité et les entreprises sont donc mises au pied du mur", met en lumière Nicolas Galita, formateur auprès des recruteurs au sein de Link Humans.

Au travers de ces campagnes de recrutement décalées, souvent largement relayées sur les réseaux sociaux, les entreprises cherchent à se rendre attractives aux yeux des candidats potentiels et à donner un aperçu de l'environnement de travail.

Mieux cerner les personnalités

Une stratégie que Lidl a choisi d'adopter depuis le début de l'année, afin d'amplifier le travail de communication que le distributeur mène au sein des grandes écoles. Le distributeur organise des opérations séductions directement en région autour de soirées. "L'objectif est de rencontrer les personnes de manières informelles, les gens sont moins stressés et se sentent plus libres de parler", explique Nicolas Calo responsable de la communication chez Lidl. Une approche qui permet ainsi de mieux cerner les personnalités et les atouts de chacun.

Ainsi, pour recruter ses futurs managers, qui seront amenés à gérer plusieurs magasins avec des équipes de 50 à 60 personnes, Lidl a convié les postulants à participer à un atelier de cuisine où ils devaient réaliser une recette donnée dans un temps imparti. Un choix qui n'est pas anodin." Dans chaque équipe, il y a avait un collaborateur de Lidl qui observait le comportement de chacun, son discours, son attitude… L'objectif était de recruter des managers, ils doivent avoir des compétences pour travailler en équipe, organiser des tâches vers un but commun", poursuit Nicolas Calo. L'entreprise est satisfaite du résultat, et compte bien multiplier d'autres initiatives du genre.

Alors, les sites d'emploi et les petites annonces vont-ils finir par être désertés? Naturellement non. Déjà parce que ces processus de recrutement, inspiré de la gamification, s'adressent plutôt à des profils juniors plus ouverts à casser les codes. Pour les cadres seniors, la cooptation, les chasseurs de tête, les bases de CV sont encore les outils les plus efficaces. Mais enfin, et surtout, il sera difficile pour les entreprises de se renouveler chaque semaine et de susciter de l'intérêt. Ce qui passait pour original il y a peu risquerait de devenir banal, manquant du coup la cible de l'employeur qui visait à offrir plus de visibilité à sa marque.

Coralie Cathelinais