BFM Business

Comment LinkedIn va partir à la chasse aux faux CV

30 à 40% des CV seraient erronés

30 à 40% des CV seraient erronés - The Italian voice - Flickr -CC

Le réseau social professionnel a récemment déposé un brevet pour mettre au point une technologie permettant de vérifier l'exactitude des Curriculum Vitae. Ce qui viendrait à point, puisque 30 à 40% de ces documents sont erronés, selon Fabrice Coudray, le directeur de Robert Half France.

Certains CV sont parfois un peu trop beaux pour être vrais, même s'il n'est pas toujours évident d'en être sûr. Le réseau social professionnel LinkedIn tente néanmoins de trouver la parade. Le groupe a ainsi déposé un brevet comme le rapporte offre-emploi.info. Le document de 82 pages s'intitule "Interactive Fact Checking System".

Le système contrôlera la véracité des données en la croisant avec d'autres sources sur le web telles que les moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou encore les messageries.

Dans le cas où un utilisateur est suspecté de fournir une information erronée, un message lui sera envoyé. Par cet outil, LinkedIn entend conserver son titre de leader sur les réseaux professionnels.

"Rendre la mariée plus belle"

Le travail s'annonce toutefois ardu. "On peut considérer aujourd'hui qu'il il y a entre 30 et 40% des CV qui font l'objet d'une 'erreur'", explique ainsi à BFM Business Fabrice Coudray, le directeur du cabinet de recrutement Robert Half.

Des erreurs qui sont, selon lui, volontaires et visent ainsi à "rendre la mariée plus belle". Un vrai problème pour les entreprises puisque "le parcours académique, le contenu d'une expérience professionnelle, le niveau linguistique sont les gages d'une certaine employabilité dans un job donné", rappelle Fabrice Coudray.

"Imaginons que nous passions à côté de ces erreurs et que l'on ne vérifie pas la réalité des informations présentées sur le CV. On va se retrouver avec quelqu'un qui est embauché pour un poste donné à la lecture de son CV et qui va s'avérer absolument incompétent ou en deçà du niveau pour lequel il a été recruté", poursuit-il. "Ce qui peut devenir un véritable problème", conclut-il.

J.M.