BFM Business

Comment les fonds du Qatar investissent la France

L’Émir Hamad bin Khalifa al-Thani

L’Émir Hamad bin Khalifa al-Thani - -

Outre le football avec le PSG, les qataris investissent en France. Le fonds souverain du Qatar utilise ainsi deux entités pour le faire. L'une d'entre elles possède près de 13% de Lagardère.

Le choc PSG-Barcelone, ce mardi 2 avril, en Ligue des champions, illustre la mainmise du Qatar sur le football. Mais d'autres secteurs de l'économie sont aussi concernés. Le fonds souverain du Qatar accumule ainsi les prises de participation dans les plus grands groupes cotés à Paris.

Il utilise deux "bras", qui jusqu'ici restent des actionnaires de long terme, aussi discrets qu'arrangeants. Il y a Qatar Holding, un fonds diversifié, et Qatari Diar, spécialisé dans l'immobilier. Dans le portefeuille du 1er, on trouve 3% de Total, 2% de Vivendi, 1% de France Telecom et 1 de LVMH, avec un comportement d'investisseur dormant. C'est surtout la première ligne qui retient l'attention : Lagardère près de 13%.

Une montée au fil des ambitions qataries dans le sport et le spectacle. Mi-2012, le fonds entre au conseil de la branche en question. Il n'émet aucune réserve ouverte, malgré la dépréciation de l'actif et le rendement. Le titre se négocie moitié moins qu'il y a 7 ans, lorsque le seuil des 5% du capital a été franchi.

Qatari Diar investit dans Vinci

Le second instrument est Qatari Diar. Sa grande ligne française est Vinci. Début 2010, l'investisseur apporte un actif industriel, Cegelec, qu'il ne parvenait pas à relancer. Et il obtient en échange 5,5% des parts du groupe de BTP et un siège au conseil. Le partenariat semble convenir à l'un comme à l'autre.

Qatari Diar a, par ailleurs, pris pied dans les fleurons français de l'eau. 5% de Veolia et 1% de Suez. Chez Veolia, il est là aussi question d'un partenariat stratégique, l'actionnaire étant représenté au conseil.

Mais le fauteuil s'avère cher payé. Depuis son arrivée, la valeur en Bourse de Veolia a été divisée par 2,5. Et comme chez Lagardère, les Qataris n'expriment pourtant aucune réserve publiquement tout du moins.

Benaouda Abdeddaïm