BFM Business

Comment donner un ordre sans passer pour un tyran

Le management, cela passe aussi par la délégation et la répartition des tâches auprès de chaque membre de l'équipe. Mais mieux vaut prendre quelques précautions pour que les consignes passent sans provoquer de levée de bouclier.

Donner des ordres n'est pas l'exercice le plus facile de la vie d'un manager. Il faut savoir mobiliser ses équipes, arbitrer certaines situations… ce qui nécessite quelques aptitudes de communication. Le problème selon Karine Aubry, coach de dirigeants d'entreprises, "c'est que les managers sont présentés comme des accompagnants, du coup ils ont donc du mal à se placer sur le terrain du commandement". Voici ses conseils :

> N'exigez pas, expliquez

Les ordres venus du ciel, cela passe mal. La génération Y n'est pas la seule à ne pas supporter les ordres qui n'ont pas de sens. "Quand on passe une commande, il faut revenir sur ses raisons et son concept, en gros susciter la motivation", explique la coach.

> Soyez sûr de vous

Avoir le titre de chef de service ne suffit pas. Il faut aussi montrer de l'assurance face aux responsabilités que le poste impose. Pour cela, ayez de l'autorité sans être autoritaire. Le meilleur conseil pour y parvenir: recadrer quand vous voyez que les ordres ne passent pas !

> Fixez un cadre clair

Pour que les consignes soient comprises de tous, il faut donner un minimum d'informations. Dites "voilà ce qu'on va faire" et donnez ensuite la liste de tâches, les délais, les objectifs. Surtout arrêtez de dire que tout est urgent, hiérarchisez les priorités.

> Adaptez votre communication à chaque interlocuteur

Le manager doit adopter différents types de discours: plus directif avec un jeune inexpérimenté, rassurant avec un collaborateur fragile, délégatif avec un collaborateur autonome, participatif avec une équipe investie, persuasif face à un réfractaire.

> Contrôlez

Une fois l'ordre passé, demander un accusé de réception, vérifiez que tout le monde a compris.

> Ce qu'il ne faut pas faire

Supplier votre salarié: vous savez que la tâche est ingrate, vous le demandez comme un service. C'est une très mauvaise idée. Tout comme aboyer sur vos salariés: l'autorité ne passe pas par la démonstration de force. Enfin, il ne faut pas non plus renoncer à donner une directive et choisir de le faire vous-même.

Laure Closier édité par C.C.