BFM Business

Chômage: Valls "compte sur les entreprises" pour relancer l'emploi

Manuel Valls refuse de voir "le fatalisme" dans les chiffres du chômage.

Manuel Valls refuse de voir "le fatalisme" dans les chiffres du chômage. - -

Le Premier ministre s'est exprimé, ce jeudi 26 juin, après la publication des chiffres du chômage qui ont fait état de 24.800 demandeurs d'emploi pour le mois de mai. Il s'en est remis aux entreprises qui ont désormais les moyens "d'investir et de créer de l'emploi".

Manuel Valls ne s'est pas voilé la face. Ce jeudi 26 juin Pôle emploi a publié les chiffres du chômage pour le mois de mai qui ont fait état de 24.800 nouveaux demandeurs d'emploi supplémentaires. "Les chiffres du chômage sont mauvais. En même temps il n'y a pas de fatalisme dans cette situation. L'heure est à l'action", a déclaré le Premier ministre.

Le Premier ministre s'en est ainsi remis aux effets du pacte de responsabilité. Selon lui, ce pacte "libère des marges". Ainsi, il "compte sur les entreprises de France" pour relancer l'emploi "avec les moyens que nous allons leur donner, avec la baisse du coût du travail et de la fiscalité qui pèse sur elles sur trois ans".

"Je préciserais la trajectoire précise de ces baisses du coût du travail et de la fiscalité des entreprises (C3S et impôt sur les sociétés). Les entreprises vont avoir les moyens d'investir et de créer de l'emploi", a-t-il insisté.

La faute à la croissance trop faible

Comme Michel Sapin auparavant, il a attribué ces mauvaises performances à la conjoncture. "Avec un premier trimestre marqué par une croissance et une activité atone, il ne faut pas s'étonner que les chiffres du chômage soit mauvais", a-t-il analysé.

"Le potentiel de croissance de notre pays doit se libérer pour que la confiance revienne, et avec elle l'activité et l'emploi. Nous devons libérer ce qui l'entrave", a-t-il poursuivi.

Ajoutant que le chômage frappe durement les seniors et les jeunes, il a rappelé que des propositions seront prochainement dévoilées pour aider ces catégories.

"Une politique économique doit être cohérente dans le temps pour qu'elle puisse produire enfin des résultats", a-t-il conclu.

J.M. et N.G.