BFM Business

Chômage : les jeunes et les seniors les plus touchés

La barre de 3 millions de chômeurs a été franchie en France ce mardi.

La barre de 3 millions de chômeurs a été franchie en France ce mardi. - -

Le seuil symbolique des 3 millions de chômeurs a été franchi mardi. « Une situation dont nous héritons », a déclaré François Hollande. Les jeunes, les seniors et les chômeurs de longue durée ont été les plus touchés.

Le gouvernement avait préparé les esprits dès le début du mois, il l'a confirmé mardi : le seuil symbolique des trois millions de demandeurs d'emploi sans activité a été franchi en août en métropole. Les chiffres ont été publiés mardi : le nombre de chômeurs s'établit à 3 011 000 personnes. Selon le président François Hollande, le gouvernement n’est pas responsable de cette situation, il s’est exprimé mardi depuis New York où il était en déplacement : « Nous avons 3 millions de chômeurs dans notre pays, ils ne sont pas venus depuis 4 mois, ils sont là, c’est une situation dont nous héritons et nous allons tout faire, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et moi-même pour endiguer et faire reculer le chômage ».

« Situation extrêmement précaire »

En un mois il y a eu 23 000 chômeurs de plus. Soit une hausse de 0,8%. Ce sont les plus de 50 ans qui sont le plus touchés. Le nombre de demandeurs d'emploi augmente de 1,7% sur un mois et de 17% sur un an. Une situation inquiétante, selon Marion Cochard, économiste et spécialiste du marché du travail : « Ces chômeurs de longue durée perdent progressivement leur indemnisation au chômage et ils basculent dans les minima sociaux. Donc on voit que depuis un an, on a une hausse très importante de 13% du nombre de bénéficiaires du RSA qui montre bien qu’on a une partie des chômeurs qui se retrouve aujourd’hui dans une situation extrêmement précaire et de grande difficulté financière ».

« Grave du point de vue social »

Chez les jeunes, les chiffres ne sont pas bons non plus: le chômage des jeunes est en hausse de 0,7% et de 9% sur un an. Autre constat: le nombre de demandeurs d'emploi ne cesse de progresser mais le nombre de personnes indemnisées stagne. « Aujourd’hui ce qu’on voit, c’est que de plus en plus vieillissent au chômage, et donc de plus en plus sortent des indemnisations, s’inquiète Mathieu Plane, économiste à l’OFCE. Même s’il y a des nouveaux chômeurs, il y en a beaucoup qui sortent des indemnisations et sont donc éligibles au RSA. On a un effet extrêmement grave du point de vue social de la crise. Il ne faut pas oublier que quand quelqu’un arrive en fin de droit, c’est l’ensemble de sa famille qui peut tomber dans la pauvreté ».

La Rédaction, avec Stéphanie Collié