BFM Business

Chômage: les chiffres de Pôle emploi vont devenir trimestriels

Pôle emploi abandonne les chiffres mensuels

Pôle emploi abandonne les chiffres mensuels - LOIC VENANCE / AFP

La Dares, service de statistiques du ministère du Travail, estime que "les évolutions mensuelles ne sont pas significatives", les chiffres trimestriels permettant de "mettre davantage l'accent sur l'évolution tendancielle".

Publiés chaque mois jusqu'alors, les chiffres de Pôle emploi vont devenir trimestriels. Conformément à ce que n'a cessé de marteler Muriel Pénicaud depuis son arrivée au ministère du Travail, cette nouvelle formule vise à mieux refléter les tendances de fond du marché du travail. Les statistiques de décembre 2017, publiées mercredi, seront donc les dernières diffusées sur une base mensuelle.

À partir des chiffres du 1er trimestre 2018, à paraître fin avril, la Dares, service des statistiques du ministère du Travail, publiera, tous les trimestres, le nombre moyen de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi sur trois mois. Les chiffres de Pôle emploi auront ainsi la même périodicité que l'autre thermomètre du chômage, le taux de chômage de l'Insee.

Les chiffres trimestriels plus pertinents

Ce changement vise à "mettre davantage l'accent sur l'évolution tendancielle plutôt qu'au mois le mois", explique la Dares, qui "considère que les évolutions mensuelles ne sont pas significatives, n'ont pas beaucoup de sens". La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait d'ailleurs décidé, depuis sa nomination en mai, de ne pas réagir à l'indicateur, qui "ne reflétait pas bien", selon elle, "l'évolution du marché du travail".

Les chiffres mensuels suscitaient également de fortes réserves chez les économistes, qui, comme la Dares, conseillaient déjà d'analyser les chiffres sur des périodes de plus d'un mois. Au mois le mois, les chiffres pouvaient être affectés par des aléas administratifs sans lien avec les évolutions du marché de l'emploi: demandeurs d'emploi désinscrits pour avoir oublié d'actualiser leur situation auprès de Pôle emploi, qui se réinscrivent le mois suivant, ou encore bugs dans l'envoi de SMS de relance aux demandeurs d'emploi pour les inviter à s'actualiser...

Le passage à des moyennes trimestrielles permettra de lisser les tendances. Sur l'année 2016, les chiffres de Pôle emploi ont connu sept mois de baisse et cinq de hausse. Avec une publication trimestrielle, l'année se serait soldée par quatre trimestres de baisse. Inversement, sur les neuf premiers mois de l'année 2017, Pôle emploi a enregistré quatre baisses et cinq hausses. En moyenne trimestrielle, l'indicateur aurait connu trois trimestres de hausse.

P.L avec AFP