BFM Business

CGT: Philippe Martinez, mal perçu par une majorité de Français

-

- - Commons Wikimedia CC BY-SA 4.0

"Les deux-tiers des Français (67%) ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Ils sont 57% à ne pas faire confiance à la CGT pour défendre les intérêts des salariés, selon un sondage Odoxa\/Le Parisien."

Philippe Martinez n'a pas la cote auprès des Français. En pointe dans la lutte contre le projet de loi Travail, une majorité de Français (57%) ne font pas confiance à la CGT pour défendre les intérêts des salariés. Pire : près de sept français sur dix (67%) ont une mauvaise opinion du secrétaire général de la CGT, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien/Aujourd'hui-en-France ce dimanche 29 mai 2016. A la question, quelle opinion avez-vous à l'égard de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT ? 67% des personnes interrogées ont répondu "mauvaise" et 33% "bonne".

Chez les sympathisants de gauche, ils sont 53% à avoir une "bonne" opinion du leader syndicaliste, contre 47% une "mauvaise" opinion. Le secrétaire général de la CGT est perçu unanimement comme un contestataire (84 %), politisé (75 %), éloigné des réalités des entreprises (54 %), pas ouvert au dialogue (65%) et pas compétent (58 %). Enfin, 62% voit en lui, le principal opposant à François Hollande.

63% des sondés ont une mauvaise opinion de la CGT

Concernant la CGT, 63% des sondés ont une "mauvaise" opinion du syndicat, 37% une "bonne". Chez les sympathisants de gauche, ils sont 52% à avoir une "bonne opinion" du syndicat contre 48%, une "mauvaise". Ils sont 58% à ne pas faire confiance à l'action de la CGT pour défendre les intérêts des salariés, contre 42%.

Toujours dans le sondage, à la question, vous, personnellement soutenez-vous le mouvement d'opposition à la loi travail, 53% des personnes interrogées répondent "non", 47% affirment le contraire. Enfin, 66% des sondés craignent une paralysie total du pays comme en 1995, 34% ne la craignent pas. Ce sondage a été réalisé par internet les 26 et 27 mai auprès d'un échantillon de 1.018 personnes représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus.

F.Bergé