BFM Business

Ces professions dont les parents rêvent pour leurs enfants

La Médecine reste plébiscitée par les parents

La Médecine reste plébiscitée par les parents - Jay Reed - Flickr - CC

Près des trois-quarts des parents ont déjà une profession préférée pour leurs enfants alors que ceux-ci n'en sont encore qu'au stade de la maternelle révèle une étude d'HSBC publiée ce mercredi 9 septembre.

C'est une question qu'on pose souvent à un enfant: que voudras-tu faire quand tu seras grand? Les réponses sont diverses: astronaute, pompier, footballeur, chanteuse….

Mais les parents, eux, semblent envisager des professions bien plus terre à terre et ce, dès le plus jeune âge. Si l'on en croit ainsi une étude d'HSBC (*) publiée ce mercredi 9 septembre, la grande majorité des parents songent en effet très tôt à un métier pour leur progéniture.

Ils sont globalement 81% à déjà avoir une "profession préférée", comme l'indique l'étude. Dans le détail, ce chiffre est un peu plus faible lorsque l'enfant est en maternelle (73%) mais monte progressivement: 76% en primaire, 88% au secondaire. La proportion retombe un peu (84%) lorsque l'enfant atteint le stade des études universitaires.

Les médecins et les ingénieurs plébiscités

Le palmarès des professions préférées des parents n'a rien de guère surprenant. Les médecins (15% des répondants), les ingénieurs (10%), les enseignants (7%) trustent le podium, devançant les informaticiens, les fonctionnaires ou encore les personnes ayant un métier en lien avec le droit (6% pour toutes ces professions).

Il y a toutefois des nuances amusantes. Les parents inciteront par exemple davantage leur fille à se tourner vers les professions médicales, que leur fils (19% contre 10%). Il en est de même pour la carrière de fonctionnaires (10% pour les filles contre 4% pour les garçons). A l'inverse, ils préfèrent voir leur fils travailler dans l'informatique (10% contre 2% pour les filles).

Par ailleurs, HSBC relève que "la médecine est trois fois plus populaire chez les parents ayant des enfants en maternelle (25%) que chez ceux dont les enfants sont à l'université ou niveau équivalent (7%), ce qui, selon la banque montre "la rigueur des conditions d'accès à cette branche".

L'argent? Important surtout pour les garçons

Quelles critères les parents prennent-ils en compte pour déterminer le métier idéal de leur progéniture? Les atouts de leurs enfants en premier lieu. 36% d'entre eux disent ainsi se baser sur les points forts individuels de leurs enfants. Un critère qui est toutefois faible en maternelle (5%) mais qui devient (logiquement) prépondérant dans le secondaire (48%) et le supérieur (49%).

La situation professionnelle influerait assez peu leur choix (29%). Il en est de même pour le salaire (25%). Toutefois il y a là encore une différence de taille selon le sexe: "les parents préfèrent une profession avec un fort potentiel en termes de rémunération pour leurs fils (31%) plutôt que pour leurs filles (19%)", écrit HSBC.

Enfin, environ un parent sur cinq privilégie l'équilibre "vie privée, vie professionnelle" (21%), la sécurité de l'emploi (19%) ou encore la stimulation intellectuelle liée à la profession (17%).

(*) Etude réalisée sur un échantillon représentatif de 300 parents qui ont un enfant âgé de 23 ans maximum, actuellement ou prochainement scolarisé, et qui sont entièrement ou partiellement responsables des décisions à l'éducation de leurs enfants. L'étude a été conduite sur Internet par Ipsos Mori en mars et avril 2015.

J.M.