BFM Business

Ces jobs totalement méconnus qui sont pourtant à l'abri du chômage

Growth hacker fait parti des métiers à fort développement.  Sous cet intitulé se cache la personne qui va tout mettre en œuvre pour accélérer la croissance de l'entreprise.

Growth hacker fait parti des métiers à fort développement. Sous cet intitulé se cache la personne qui va tout mettre en œuvre pour accélérer la croissance de l'entreprise. - Unsplash- CC

Quels sont les métiers qui sont aujourd'hui les plus prisés? Et ceux qui seront de plus en plus recherchés dans les années à venir. Le cabinet WiserSkills en a identifié une demi-douzaine, parmi lesquels le "Happiness Officer" et le "Growth hacker".

De quels métiers les entreprises auront besoin demain? C'est la question que s'est posée WiserSkills, un service d'aide au développement de l'employabilité des salariés pour établir la liste des postes qui étaient "in" et ceux qui étaient "out". Naturellement, le développement du numérique et de l'intelligence artificielle entraîne de fortes mutations au sein des métiers. "Par ailleurs la tendance est aujourd’hui à la polyvalence. Si les recruteurs ont longtemps recherché des candidats hyper-spécialisés, ils privilégient de plus en plus, des profils capables de s’adapter rapidement et de s’auto-former pour élargir leur domaine de compétences", expliquent les auteurs de l'étude.

Quels sont les métiers qui sont désormais les plus prisés? Et ceux qui seront de plus en plus recherchés dans les années à venir? Le développeur web vient immédiatement à l'esprit. Mais il y a aussi des fonctions encore méconnues promises à un bel avenir.

Ainsi les spécialistes de la cyber-sécurité devraient rapidement occuper le devant de la scène. Leur mission principale est de définir et mettre en œuvre les actions nécessaires à la protection des données, à la pérennité des systèmes d’information et à la lutte contre les opérations frauduleuses, explique WiserSkills. Des missions qui nécessitent rigueur, méthode et une forte capacité à prioriser.

Développer le bien-être de ses collègues

Happiness Officer... L'intitulé de cette fonction vous laisse songeur? De plus en plus d'entreprises sont pourtant en quête d'un responsable du bonheur des salariés au travail. Il leur revient d'organiser des événements pour fédérer les équipes, de trouver des solutions pour améliorer les conditions de travail des collaborateurs, et faire en sorte d'apaiser les éventuelles tensions. Cette fonction est réservée à des personnes douées d'une forte capacité d'écoute et de dialogue, d'un sens de la communication et d'une grande ouverture d'esprit.

-
- © Wiserkills

Avec l'évolution des modes de travail, les entreprises font aussi de plus en plus appel aux compétences des freelances. Or il faut bien une personne chargée de gérer et de fidéliser ce vivier. C'est justement le rôle du Chief freelance Officer. Un poste qui ne peut être occupé que par des personnes présentant de fortes capacités de négociation, d'analyse des performances mais qui sont aussi à l'aise pour gérer les urgences.

Autre métier encore méconnu, mais promis à un bel avenir, le responsable RSE. Il s'agit de la personne en charge de l'élaboration et de la mise en œuvre de la stratégie de développement durable de l'entreprise. Là encore, les postulants doivent avoir des capacités d'écoute et de dialogue, une bonne connaissance des normes environnementales et aussi de la pédagogie.

Développer l'expertise relationnelle

Dernière fonction à haut potentiel d'employabilité, le Growth hacker. Sous cet intitulé se cache la personne chargée d'accélérer la croissance de l'entreprise. Un poste stratégique! Pour parvenir à ses fins, le Growth hacker doit prospecter des nouveaux clients via les canaux digitaux, et ne doit pas "hésiter à casser les codes pour créer un afflux massif d'utilisateurs", détaille WiserSkills. Un métier réservé à des personnes maîtrisant les techniques de référencement et faisant preuve de créativité et de curiosité.

WiserSkills met parallèlement en garde ceux qui exercent des fonctions risquant de rapidement tomber en désuétude. Et de citer notamment les comptables, bibliothécaires, assistants juridiques ou encore traducteurs. Pour conserver leur employabilité, ils doivent se tourner vers des activités à plus forte valeur ajoutée, notamment vers le conseil. De même, les métiers de la vente et de la relation clients, qui doivent développer leur expertise en conseil et relationnel. "Ainsi, les vendeurs, agents d’accueil ou techniciens d’opérations bancaires deviennent des conseillers de vente ou des conseillers experts", selon WiserSkills. Le maître mot est donc l'adaptabilité.

C.C.