BFM Business

Ce qui va changer pour l'emploi des Roms

-

- - -

Le gouvernement va assouplir les conditions d'embauche des Roumains et Bulgares, principales nationalités des Roms, dont plusieurs campements ont été démantelés cet été. Une décision saluée par Bruxelles mais qui invite Paris à aller encore plus loin. C’est ce que demandent aussi les associations de défense des droits des Roms.

Les deux principales mesures décidées mercredi sont la suppression de la taxe versée par l’employeur lors de l’embauche d’un Rom et l’élargissement de la liste des 150 métiers auxquels il a accès.

En revanche, l’exécutif continuera les expulsions et les délogements de Roms sur décision de justice, comme cela a été le cas cet été. Pour les associations de défense des Roms, l’assouplissement est une bonne nouvelle mais il faudrait aller plus loin et supprimer toutes les lois d’exceptions.

Bruxelles salue la décision française et encourage Paris à lever définitivement les contraintes transitoires qui pèsent sur les Roms, comme c’est déjà le cas en Irlande ou en Italie