BFM Business

BTP : 35 000 emplois menacés

35 000 emplois dans le BTP pourraient être détruits au cours de l'année 2012.

35 000 emplois dans le BTP pourraient être détruits au cours de l'année 2012. - -

Le secteur du bâtiment est en crise : 35 000 emplois pourraient être détruits cette année. Carnets de commande en berne, marges quasi nulles, les professionnels du secteur sont extrêmement inquiets.

35 000 emplois pourraient disparaître au cours de l’année 2012. Didier Ridoret, président de la Fédération Française du Bâtiment, l’annonçait mercredi sur RMC. Selon la fédération, les perspectives sont inquiétantes : elle prévoit des dizaines de milliers de destructions d’emplois cette année avec des non-remplacements et des licenciements. Les carnets de commandes n’ont jamais été aussi faibles et ne devraient pas se remplir dans les prochains mois. Il y a peu de mises en chantier et quand il y en a, les prix sont très bas et les marges des professionnels du BTP sont quasi-inexistantes.

« On est passé de 13 à 3 maisons par an »

Dominique est maçon. Aujourd’hui, son entreprise, ne tient qu’à un fil. Depuis plusieurs années, l’activité ne cesse de diminuer : « On est passé de 13 maisons à 3 maisons par an parce que les gens n’ont pas obligatoirement leur prêt en temps et en heure. Ils n’ont pas forcément leur prêt tout court, donc les constructeurs ont moins de commandes et ça se répercute directement sur nous ». Comme lui, de plus en plus d’artisans sont pris dans un étau : « Les fournisseurs nous disent qu’il y a une augmentation sur le béton, sur le mortier, sur les briques, sur le transport et nous on se retrouve avec les même prix que l’année dernière et les précédentes ». Dans ce cas-là, pour continuer de faire vivre sa société, il n’y a pas d’autres solutions que le licenciement : « On a fait un licenciement économique avec un compagnon qui avait quinze ans d’ancienneté. Il y en a un qui s’est mis à son compte constatant la dégradation de la situation. C’est un constat d’échec. On n’a pas fait tout ça pour ça ».

La Rédaction, avec Lionel Top