BFM Business

Amazon: la grève en Allemagne risque de se poursuivre après Noël

Les salariés allemands d'Amazon pourraient continuer de débrayer bien au-delà de Noël.

Les salariés allemands d'Amazon pourraient continuer de débrayer bien au-delà de Noël. - -

Le syndicat allemand Verdi, à l'initiative de grèves sur plusieurs sites allemands du géant du e-commerce cette semaine, prévient ce 20 décembre que le mouvement continuera bien au-delà de Noël.

"Un conflit long" chez Amazon Allemagne, c'est ce à quoi se prépare le syndicat allemand Verdi, comme l'indique un de ses responsables, ce vendredi 20 décembre. L'instigateur de plusieurs débrayages intervenus cette semaine sur différents sites du groupe prévient que le mouvement durera bien au-delà de Noël.

Le travail a été perturbé sur trois centres logistiques outre-Rhin, alors que l'Allemagne représente le deuxième plus gros marché d'Amazon après les Etats-Unis. A Bad Hersfeld, le plus gros des neuf sites d'Amazon en Allemagne, le mouvement a rassemblé entre 500 et 600 salariés par jour depuis lundi, selon ce responsable du syndicat.

Une grève solidaire aux Etats-Unis

La grève, entamée pour obtenir des revalorisations de salaires, est censée prendre fin samedi. Mais elle pourrait donc se poursuivre, les décisions sur la suite des événements étant prises au jour le jour par les commissions concernées, a expliqué ce responsable.

Le coordinateur du mouvement à Leipzig est catégorique: "nous allons poursuivre les grèves l'an prochain", a-t-il assuré. Il mise aussi sur un élargissement à d'autres sites dans le pays.

Le mouvement a en tout cas déjà fait des petits à l'international. Lundi 16 décembre, des salariés du siège américain du groupe, à Seattle, s'étaient mis en grève par solidarité avec leurs collègues allemands.

Tous réclament que leur rémunération, actuellement basée sur la grille des salaires du secteur de la logistique, soit désormais calée sur les salaires en vigueur dans la distribution, plus élevés. Amazon a bien concédé des primes exceptionnelles, de 400 à 600 euros, mais cette avancée est jugée insuffisante par le syndicat.

N.G. avec AFP