BFM Business

Alcatel-Lucent Enterprise va supprimer 10% de ses effectifs

Le PSE d'Alcatel-Lucent Enterprise concerne 100 salariés sur 1050 salariés en France.

Le PSE d'Alcatel-Lucent Enterprise concerne 100 salariés sur 1050 salariés en France. - Eric Piermont-AFP

L'ex-filiale d'Alcatel-Lucent, rachetée par un fonds chinois en 2014, lance un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) concernant 10% de ses 1.000 salariés français. En juin 2016, 142 employés sont déjà partis à l'issue d'un premier PSE.

L'emploi en France chez Alcatel-Lucent Entreprise décline sûrement. Deux ans après le rachat de cette ex-filiale du groupe franco-américain (lui-même racheté par Nokia début 2016) par le fonds chinois Huaxin, c'est un deuxième plan social qui a été présenté aux syndicats. La direction de cette société spécialisée dans les systèmes téléphoniques privés pour entreprise, leur a communiqué un nouveau plan baptisé "Vision 2020" qui comporte un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) concernant 100 salariés sur 1.050 en France et la fermeture du site de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes).

Les autres sites concernés par ces suppressions de postes sont Colombes (Hauts-de-Seine), Brest (Finistère) et Illkich (Bas-Rhin). "Les licenciements, contrairement au PSE précédent, seront des licenciements coercitifs et non des départs volontaires" précise la CFDT qui conteste ce nouveau plan et précise que les licenciements doivent intervenir en mars 2017.

La CFDT déplore une stratégie unique d'adaptation des coûts fixes

Ce plan succède en effet à un premier PSE réalisé au premier semestre 2016 qui a vu partir 142 salariés (12 % des effectifs) le 30 juin dernier. "L’objectif affiché par Huaxin était de faire croître cette activité et de devenir un des leaders mondiaux dans tous les secteurs où nous serions présents. Huaxin n’a réalisé ni investissement ni acquisition. Comme au temps du groupe Alcatel-Lucent, la direction n’a comme seule stratégie que d’adapter les coûts fixes, donc l’emploi, à la diminution inexorable du chiffre d’affaires" déplore la CFDT.

Le marché sur lequel évolue la société française est soumise à une évolution technologique structurelle vers les services cloud et le logiciel. Le système "intelligent" de la téléphonie de l'entreprise tend à être externalisé et dématérialisé chez un prestataire ou un opérateur télécoms alors qu'Alcatel-Lucent vendait surtout des équipements installés en entreprise, associés à un contrat de maintenance. 

Frédéric Bergé