BFM Business

Air France s'apprête à supprimer 5 000 postes

Au total, 5 000 postes devraient être supprimés en 3 ans chez Air France dans le cadre du plan Transform 2015

Au total, 5 000 postes devraient être supprimés en 3 ans chez Air France dans le cadre du plan Transform 2015 - -

Ce mercredi, au cours d'un comité central d'entreprise exceptionnel, la direction d'Air France dévoilera aux syndicats à combien elle chiffre son sureffectif. 5000 départs volontaires pourraient être envisagés.

Au total, 5 000 postes devraient être supprimés chez Air France en 3 ans dans le cadre du plan Transform 2015. Ce plan vise à augmenter de 20% la productivité de la compagnie et à réduire les coûts de 2 milliards d'euros. 5 000 postes en moins sur 3 ans c'est près de 10% de l'effectif total de la compagnie. Air France connait des difficultés financières depuis plusieurs années. En 2011, les pertes ont dépassé les 500 millions d'euros. La direction a déjà procédé à des mesures d'austérité en janvier, comme le gel des embauches et des salaires en 2012 et 2013. Mais ce ne sera pas suffisant.

Pas de départs contraints

Les syndicats ont obtenu la promesse qu'il n'y aurait pas de départs contraints, mais attendent de savoir quels secteurs (pilotes, hôtesses et stewarts ou personnels au sol) seront les plus impactés et quels moyens seront mis en œuvre pour réduire le personnel. Un plan de départ va être annoncé, mais selon nos informations, les personnels navigants (pilotes, hôtesses et stewarts) en seraient exclus.

« Le plan Transform 2015 va générer des sureffectifs »

Michel Salomon est le secrétaire général adjoint de la CFDT, très présente chez les personnels au sol. Il ne craint pas le plan de départ volontaire mais redoute, à terme, des départs contraints : « Le plan Transform 2015 tel qu’il est envisagé va générer des sureffectifs puisque l’on va demander aux salariés de travailler entre 10 et 12 jours supplémentaires dans l’année. Le plan de départ volontaire semble être la solution la moins douloureuse pour traiter les sureffectifs. Le tout, c’est qu’ensuite il n’y ait pas autre chose puisque pour nous, CFDT, il n’est pas question que l’on parle de départs contraints ».

« C’est utopique de croire qu’on va sauver la boite, nous, pilotes »

Julien Duboz est le porte-parole du syndicat (minoritaire) des pilotes d'Air France, le SPAF : « C’est utopique de croire qu’on va sauver la boite, nous, pilotes. Tant qu’on n’aura pas un projet industriel ambitieux et optimisé, on n’y arrivera pas. Comment font les low cost ? Il faut une structure qui soit simple et moins coûteuse. Deux solutions : soit vous captez de la croissance et vous augmentez les heures de vols, soit vous réduisez le personnel ou les mettez au chômage technique. C’est sûr qu’elles sont douloureuses à prendre ces mesures, mais au nom du pacte social on a laissé trainer ça pendant des années et des années ».

La Rédaction avec Victor Joanin