BFM Business

5 millions de fonctionnaires appelés aux urnes

Les fonctionnaires désignent les organisations syndicales chargées de les représenter.

Les fonctionnaires désignent les organisations syndicales chargées de les représenter. - Fred Dufour - AFP

Pour la première fois, tous les agents des trois versants de la fonction publique (Etat, Territoriale et Hospitalière) vont voter à ce scrutin à un tour, ce 4 décembre. Un vrai test pour la CGT, première force syndicale, actuellement dans la tourmente.

Enseignants, infirmiers, douaniers, agents des impôts, ou encore policiers... Plus de 5 millions de fonctionnaires sont appelés à voter ce 4 décembre. Ils doivent désigner les organisations syndicales chargées de les représenter.

L'un des enjeux sera le score de la CGT, actuellement première force syndicale, mais en pleine tourmente. Son numéro un Thierry Lepaon est fragilisé depuis les révélations sur les travaux menés dans son appartement de fonction, son bureau et sur des indemnités reçues de la CGT Basse-Normandie.

Pour la première fois, tous les agents des trois versants de la fonction publique (Etat, Territoriale et Hospitalière) sont concernés par ce scrutin à un tour, alors qu'en 2011 la Territoriale n'était pas partie prenante. Le scrutin va désigner pour 4 ans les représentants des agents dans des instances équivalentes aux Comités d'entreprise du privé, et il sera aussi un indicateur de la santé des forces syndicales du pays.

Les résultats attendus pour mardi

Pour la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu, ce serait un "vrai souci" si le taux de participation était inférieur à celui enregistré lors des dernières élections, où il avait déjà fortement chuté, à environ 55%, contre 64% en moyenne lors des précédents scrutins.

Ce taux ne sera connu que vendredi soir et il faudra attendre encore plus longtemps pour avoir les résultats permettant d'établir la représentativité des syndicats. Ils ne tomberont en effet que le mardi suivant même si certains indicateurs seront connus avant, comme le résultat du vote (par voie électronique) du gros bataillon de l'Education.

FO veut devenir numéro 2

La CGT est en tête dans les trois versants avec plus d'un quart des voix (25,4%). Les experts soulignent qu'un fort recul "serait une vraie alarme" pour le syndicat qui a subi plusieurs revers électoraux récemment, notamment chez Orange.

Du côté de la CFDT (19,1%), Brigitte Jumel numéro un pour la fonction publique, estime que "l'enjeu est d'avoir un niveau de représentativité suffisamment élevé pour que le syndicalisme" porté par le syndicat "soit mieux reconnu dans la fonction publique".

Quant à FO (18,1%), son représentant Christian Grolier assure voir "les choses de manière positive" avec l'objectif de rester premier chez les agents de l'Etat "et même si possible de prendre la deuxième place sur les trois versants de la fonction publique".

Mais Bernadette Groison (FSU) ne cache pas que son syndicat veut reprendre la première place chez les agents de l'Etat, perdue en 2011. Ce recul avait été attribué par l'organisation (qui représente 8,2% des voix au global) au vote électronique des enseignants qui avait fait dégringoler leur participation sous 39%.

L'Unsa (9,3 %) et Solidaires (6,6 %) comptent aussi se faire entendre. Le porte-parole de Solidaires Eric Beynel espère que l'organisation qui s'est "énormément développée" ces dernières années dans la Territoriale et l'Hospitalière sera représentative "dans les trois branches".

Pour la CFTC (4 %) et la CFE-CGC (2,9 %), l'enjeu est surtout de rester représentatives, et d'obtenir un siège au Conseil commun de la fonction publique, l'instance chargée des questions touchant l'ensemble des agents. L'une et l'autre se disent confiantes.

D. L. avec AFP