BFM Business

300 à 400 postes bientôt supprimés à la CCI de Paris

L'histoire se répète à la CCI Paris Ile de France, où 314 postes avaient été supprimés en 2012.

L'histoire se répète à la CCI Paris Ile de France, où 314 postes avaient été supprimés en 2012. - AFP- Eric Feferberg

"Confrontée à une nouvelle diminution de ses ressources fiscales, la CCI Paris Ile-de-France va à nouveau mettre ses effectifs au régime sec."

Le projet, "en cours de finalisation", doit être présenté fin mars-début avril lors d'une prochaine assemblée des élus de la CCI. Mais le principe d’une réduction drastique des effectifs de la CCI Paris Ile de France est d’ores et déjà acté. La direction de l’établissement public a confirmé ce mardi envisager "plusieurs centaines de suppressions de postes" en 2016.

Plus précisément, ce sont 300 à 400 postes qui seraient supprimés d’ici à la fin de l’année, selon les syndicats CFE-CGC, FO , CFDT, CGT et Unsa. Ce à quoi s’ajouteront des changements d'affectation et des mutations. Au total, environ un millier de personnes seront touchées sur 4.000 agents permanents.

130 millions d'euros de budget en moins

En cause: une nouvelle baisse de ses ressources fiscales. La taxe assurant la moitié des ressources de cette CCI a rapporté 130 millions d'euros de moins entre 2013 et 2016, d’après le directeur général de cet établissement, Etienne Guyot. L’Etat a en outre "prélevé 152 millions d'euros en 2014 et 2015 sur le fonds de roulement de la CCI", selon lui.

 Pour rappel, les chambres de commerce et d’industrie (CCI) sont des établissements publics ayant pour mission de soutenir le développement des entreprises et de favoriser l'insertion des jeunes dans l'emploi par l'apprentissage. Leurs salariés ne sont pas des fonctionnaires mais des agents consulaires, un statut particulier d'agents publics.

Il s'agit du troisième plan de réductions d'effectifs en quatre ans à la CCI Paris Ile de France, après un plan de 314 suppressions de postes en 2012 -ayant entraîné au final 120 licenciements-, et 700 départs volontaires en 2015.

A.R. avec AFP