BFM Business

235 000 chômeurs en plus à la fin 2012 selon l'Unédic

Sur les sept premiers mois de 2012, 138 800 personnes supplémentaires se sont déjà inscrites à l'Assurance chômage.

Sur les sept premiers mois de 2012, 138 800 personnes supplémentaires se sont déjà inscrites à l'Assurance chômage. - -

L’Assurance chômage a estimé, mercredi 12 septembre, que le nombre de demandeurs d’emploi augmenterait en 2012 de 235 000 inscrits. L’Unédic a, en revanche, revu à la baisse sa prévision de déficit pour 2012.

François Hollande veut "inverser la courbe du chômage d’ici un an" et la tâche s’annonce difficile. Les prévisions pour l’année 2012 sont, en tout cas, de plus en plus mauvaises. Mercredi 12 septembre, l’Unédic a ainsi révisé ses projections pour l’année 2012.

Elles font état d’une hausse de 235 000 personnes en 2012 du nombre de demandeurs d’emploi sans activité ( catégorie A), soit 57 000 chômeurs de plus que les estimations publiées en mai. Sur les sept premiers mois de l’année, 138 800 personnes supplémentaires se sont déjà inscrites en catégorie A, selon le ministère du Travail.

Compte-tenu des règles de l'assurance chômage, l'Unédic prévoit cependant que le nombre de chômeurs indemnisés en 2012 augmentera seulement de 71.900 personnes au lieu des 76.000 prévus.

Une dette de 17,7 milliards d'euros fin 2013

Par ailleurs, l’Unedic a également révisé à la baisse ses prévisions de déficit à 2,6 milliards d'euros contre 3 milliards pour l'année en cours. En revanche, pour 2013, l’organisme a revu à la hausse son estimation à 4,1 milliards d'euros, contre 4 milliards estimés au printemps.

Malgré tout, la dette de l’Assurance chômage devrait être moins importante que prévue. En effet, selon l’Unedic, elle s'élevera à 13,6 milliards fin 2012 contre 14,1 milliards estimés dans la projection précédente et à 17,7 milliards fin 2013 au lieu de 18,21 milliards.

De bonnes capacité de financement

L'Unédic reste donc optimiste sur ses capacités de financement. "On emprunte facilement, dans des conditions très favorables. On n'est pas en zone de risque par rapport à la montée du chômage", assure Jean-François Pilliard, président de l'Unédic.

Ces nouvelles prévisions se fondent sur le consensus des économistes et des hypothèses de croissance révisées à la baisse depuis la dernière communication du bureau de l'Unédic : 0,1% de croissance pour 2012 et 0,5% pour 2013.

BFM Business et AFP