BFM Business

2 salariés sur 3 téléphonent au volant. Et vous ?

-

- - -

Près de 2 salariés sur 3 téléphonent au volant lors de leurs déplacements professionnels selon un sondage publié jeudi. Une association dénonce « des chiffres inquiétants ». Difficile de se passer du portable en voiture ?

Près de 2 salariés sur 3 (63%) passent ou reçoivent des appels téléphoniques lorsqu'ils conduisent dans le cadre de déplacements professionnels, révèle un sondage IFOP pour une association de prévention du risque routier, qui dénonce des "chiffres inquiétants". Selon ce sondage réalisé pour l'association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE), 20% seulement des appels sont passés systématiquement à l'arrêt, et 40% des employeurs et salariés interrogés estiment que téléphoner en conduisant n'est pas plus dangereux que parler avec son passager en conduisant.

« Parfois je m’arrête… quand je vois les flics »

« Les idées fausses persistent », s'alarme PSRE, qui rappelle que les accidents de la route sont la première cause de mortalité dans le cadre du travail.
Difficile pour certains malgré tout de se séparer de son portable au volant. « J’appelle souvent les ouvriers pour suivre les chantiers. Parfois je m’arrête… quand je vois les flics », raconte ainsi un automobiliste sur RMC.

L’entreprise responsable en cas d’accident

Les entreprises commencent à prendre conscience de ce problème. D’autant qu’en cas d’accident, la responsabilité de l’employeur peut être recherchée. « On a mis en place une interdiction complète, kit mains-libres compris, explique Martine Laroche, responsable du parc auto de l’entreprise Johnson et Johnson. On dit à nos employés de s’arrêter, de garder des plages pour téléphoner. S’ils sont sur la route et qu’ils nous appellent, on stoppe immédiatement la discussion ».
L'usage du téléphone portable au volant (sans kit mains libres) est puni d'une amende de 135 euros et d'un retrait de 3 points au permis de conduire.

La Rédaction avec Claire Andrieux