BFM Business

19.200 chômeurs de plus en septembre

19.200 demandeurs d'emplois de plus en septembre.

19.200 demandeurs d'emplois de plus en septembre. - Fred Dufour AFP.

Le chômage a recommencé à augmenter en septembre, avec une hausse de 1% du nombre de chômeurs n'ayant pas ou peu travaillé (catégories A, B et C). Ils sont désormais 5.128.200 demandeurs d'emplois.

La légère amélioration connue en août n'aura pas tenu au mois de septembre. François Rebsamen, le ministre du Travail, évoque un "échec" ce 24 octobre. Le nombre de demandeurs d'emplois n'ayant pas du tout travaillé en ce mois de rentrée a augmenté de 0,6% (19.200 de plus) sur un mois, à 3.432.500 chômeurs de catégorie A, un nouveau record.

Sur un an, la hausse est de 4,3%, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail ce vendredi 24 octobre.

La situation s'en davantage empirée si l'on prend en compte les demandeurs d'emplois ayant exercé une activité réduite en septembre (catégorie B et C). Leur nombre a augmenté de 1,1% sur un mois, et 5,9% sur l'année.

Le chômage des plus de 50 ans en hausse de 11% sur un an

Le nombre total d'inscrits à Pôle emploi en catégorie A, B et C dépasse donc nettement les 5 millions d'individus à 5.128.200, soit 50.200 de plus qu'en août.

Les hommes ont plus cessé toute activité que les femmes: le taux de chômage masculin en catégorie A a augmenté de 0,8% sur le mois et 5,2% sur l'année contre +0,3% et +3,2% pour le taux féminin.

La situation des jeunes a cessé de s'améliorer: le nombre de demandeurs d'emplois de moins de 25 ans a cru de 0,7% en septembre, et de 1% sur l'année. Chez les seniors, ce taux a augmenté de 1,1% et du taux énorme de 11,2% sur l'année. 

Une "progression" qui "ralentit"

Le ministère du Travail, lui voit, dans ces chiffres un ralentissement de la "progression mensuelle moyenne du chômage". Dans son communiqué, il précise qu'il y a eu 11.400 demandeurs d'emplois supplémentaire ce trimestre, contre un rythme mensuel de +16.300 entre avril et juin. 

Les services de François Rebsamen se félicitent même que ce ralentissement soit "encore plus marqué pour les senior", dont le taux de chômage "connaît son plus faible trimestre de hausse" depuis trois ans. 

Ils interprètent cette amélioration (toute relative) de la situation des plus de cinquante ans comme liée au nouveau ciblage des contrats aidés dans le secteur marchand et aux contrats de génération. Un amendement va d'ailleurs être déposé par les députés socialistes pour créer 50 000 emplois aidés supplémentaires.

N.G.