BFM Business

« 100 000 travailleurs sans-papiers payent des impôts »

-

- - -

André Daguin, président de l'Union des métiers de l'hôtellerie, interviewé dans les GG, a répondu aux attaques de Marine Le Pen qui accuse son organisation d'être « esclavagiste ».

Le président de l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie (UMIH), André Daguin a tenu à réagir aux propos de Marine Le Pen qui l'accuse d'esclavagisme ce matin sur RMC : « Nous sommes pris entre deux feux : l'extrémisme de la CGT et l'extrémisme de Le Pen. Ce qui se passe, c'est que beaucoup de restaurateurs, d'hôteliers, d'entrepreneurs de maçonnerie, d'agriculteurs, ont engagé, sur la foi de papiers dont ils n'étaient pas capables de savoir s'ils étaient faux ou pas, des clandestins. A partir du moment où le chef d'entreprise les déclare et paye les charges et où le FISC est satisfait, je ne vois pas pourquoi ils seraient qualifiés de clandestins ».

« Les démarches n'ont pas eu lieu plus tôt car il faut que d'un commun accord le patron et le salarié les fassent, et parfois le salarié est le plus réticent. Je ne réclame pas une régularisation massive, ça serait une ânerie énorme. Il faut que le problème se règle assez vite. Il doit y avoir 100 000 types dans ce cas dans toute la France, dont 20 à 25 000 dans nos secteurs de l'hôtellerie ».

La rédaction-Les Grandes Gueules