BFM Business

Electricité: l'effacement de consommation pourra être davantage mobilisé cet hiver

Illustration

Illustration - -

Cet effacement correspond à la réduction ponctuelle de la consommation d'électricité d'une entreprise ou d'un particulier, afin de soulager le réseau électrique en période de pointe.

Le gouvernement a choisi lundi une cinquantaine de projets afin d'augmenter les capacités d'effacement électrique sur le réseau français, au moment où la vigilance est de mise concernant l'approvisionnement électrique cet hiver en cas de vague de froid.

Cet effacement correspond à la réduction ponctuelle de la consommation d'électricité d'une entreprise ou d'un particulier, afin de soulager le réseau électrique en période de pointe.

Ce dispositif est en général mis en place par des opérateurs à qui les consommateurs donnent leur accord pour voir leur consommation réduite en cas de besoin, pendant quelques minutes ou quelques heures.

60.000 euros par mégawatt

Au total, les 59 projets lauréats d'un appel d'offres national représentent une capacité d'effacement de 1.509 mégawatts (MW), soit quasiment le double de ce qui avait été attribué l'an dernier, a indiqué lundi le ministère de la Transition écologique dans un communiqué. Cela représente aussi une puissance supérieure à celle d'un réacteur nucléaire.

Afin de favoriser ce procédé, le gouvernement le soutient via la rémunération des capacités arrêtées. L'an prochain, le plafond de prix de l'appel d'offres a ainsi été doublé, à 60.000 euros/MW.

Et "une bonification" sera accordée aux "nouvelles capacités d'effacement qui pourraient se rendre disponible dès les mois de novembre 2020", indique le ministère.

Sur les 1.509 MW de projets sélectionnés, 371 seront ainsi disponibles dès la fin d'année, ajoute-t-il.

Le planning nucléaire boulversé

La semaine dernière, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE avait fait part de sa vigilance concernant l'approvisionnement électrique de la France cet hiver en cas de vague de froid.

La pandémie de Covid-19 a en effet bouleversé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires, principale source de courant en France, dont une partie ne seront finalement pas disponibles en fin d'année.

RTE a ainsi averti qu'il y avait "une probabilité de tension élevée fin novembre-début décembre en cas de froid précoce".

T.L avec AFP